•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une policière allègue des années de harcèlement sexuel au sein de la GRC

La caporale Catherine Galliford dénonce le harcèlement sexuel dont elle a été victime pendant des années au sein de la GRC en Colombie-Britannique lors d'une entrevue avec la CBC lundi

La caporale Catherine Galliford dénonce le harcèlement sexuel dont elle a été victime pendant des années au sein de la GRC en Colombie-Britannique lors d'une entrevue avec la CBC lundi

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une policière de la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) a affirmé à une journaliste de la CBC qu'elle souffrait de choc post-traumatique après avoir été victime de harcèlement sexuel pendant des années alors qu'elle était en poste pour la GRC en Colombie-Britannique.

La caporale Catherine Galliford dénonce, dans une plainte interne de 115 pages, qu'elle a partagée avec CBC, les comportements indécents qui sont monnaie courante, selon elle, au sein de la GRC.

Catherine Galliford, qui a été porte-parole de la GRC en Colombie-Britannique, entre autres lors de l'annonce de l'arrestation du tueur en série Robert Pickton et des accusations portées pour les attentats contre un avion d'Air India, est en congé de maladie depuis 2007.

« Tout ce qui sortait de sa bouche était à saveur sexuelle », a-t-elle raconté à propos d'un de ses superviseurs. « Si j'avais reçu un dix sous à chaque fois qu'il m'avait demandé de m'asseoir sur ses genoux, je serais sur un yacht aux Bahamas aujourd'hui. »

Catherine Galliford dit avoir constamment fait face aux avances sexuelles de policiers plus âgés depuis qu'elle a obtenu son diplôme de l'École de la Gendarmerie Royale du Canada en 1991.

La plainte de 115 pages contenant les allégations de harcèlement sexuel déposée à la direction de la GRC par Catherine GallifordAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La plainte de 115 pages contenant les allégations de harcèlement sexuel déposée à la direction de la GRC par Catherine Galliford

Dans sa plainte, elle relate qu'un superviseur de l'unité d'enquête sur les femmes disparues avait menti à l'équipe en annonçant qu'il avait une liaison amoureuse avec elle. « Il s'est même déshabillé devant moi pour me montrer le grain de beauté sur son pénis et savoir ce que j'en pensais », ajoute-t-elle.

La policière affirme qu'un superviseur de l'équipe d'enquête sur les attentats d'Air India a été encore plus loin. « Il voulait toujours qu'on voyage en voiture ensemble et tentait de me convaincre d'avoir une relation sexuelle avec lui », dit-elle.

Catherine Galliford dit que la structure de commandement en place au sein de la GRC exige des policiers qu'ils suivent les directives à la lettre s'ils veulent éviter les réprimandes.

« J'ai dû m'habituer au harcèlement, car je ne savais pas quoi faire pour l'éviter, mais après 16 ans, je n'en pouvais plus, j'étais complètement brisée », avoue-t-elle.

Catherine Galliford fait partie des 225 policiers en congé de maladie au sein du détachement la GRC en Colombie-Britannique. 6000 agents travaillent pour la GRC dans la province.

Celle qui auparavant parlait avec assurance devant une armée de caméras et de journalistes est en congé à la maison depuis 4 ans. Elle dit qu'elle souffre de choc post-traumatique dû au stress et a peur de sortir de chez elle.

Le psychologue Mike Webster croit que les problèmes de santé de Catherine Galliford sont directement liés au harcèlement perpétuel enduré au sein de la GRC.

Le psychologue, Mike Webster, qui travaille avec les policiers, affirme que la GRC a développé un environnement de travail malsain.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le psychologue, Mike Webster, qui travaille avec les policiers, affirme que la GRC a développé un environnement de travail malsain.

Photo : CBC

Je crois que toutes les femmes qui portent l'uniforme ont dû un jour ou l'autre être victimes de harcèlement. [...] La façon dont son employeur a géré sa plainte a probablement eu un effet encore plus dévastateur sur sa santé mentale que ce qu'elle a enduré pendant des années.

Une citation de :Mike Webster, psychologue

Le psychologue n'est pas surpris par ces allégations. Il croit que la direction de la GRC a développé un environnement de travail malsain où le régime de la peur dicte le comportement des employés.

Réaction de la GRC

La GRC a répliqué, dans un communiqué de presse, que « le harcèlement sous toutes ces formes est inacceptable ». La direction a aussi dévoilé que huit plaintes pour harcèlement ont été portées en Colombie-Britannique, depuis le début de l'année.

Catherine Galliford dit qu'elle va entamer des poursuites contre la GRC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !