•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'opposition ralentit la prospection au Nouveau-Brunswick

Gaz de schiste

Une manifestation contre le gaz de schiste tenue à Rogersville, au Nouveau-Brunswick, en juillet 2011.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs représentants d'entreprises minières et gazières participant à un congrès à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, reconnaissent que l'opposition populaire nuit à leurs activités d'exploration.

Les manifestations contre la recherche de gaz de schiste, notamment, ont mis de sérieux bâtons dans les roues de ces entreprises. Auparavant, l'opposition populaire à la prospection d'uranium avait freiné l'industrie minière dans la province.

Des industries moins controversées, comme celles de l'or, du zinc et du cuivre, se heurtent aussi à l'inquiétude de la population. Le prospecteur Daniel Frenette indique qu'au fil des ans, il a visité des régions de la province où il a connu beaucoup de résistance de la part des citoyens.

« On était très mal reçus par rapport à ça parce que nous autres, on allait là pour trouver des dépôts. Si tu t'arrêtes à ça, tu ne trouveras rien. Il faut aller de l'avant avec ça », affirme Daniel Frenette.

Ce témoignage fait écho à celui d'entreprises comme SWN Resources, qui recherche du gaz de schiste. Son délégué, Mike Rhodes, affirme qu'il y a certainement beaucoup de gens opposés aux activités gazières près de leurs propriétés, mais, ajoute-t-il, l'entreprise essaie de leur faire comprendre que cette industrie peut avoir du succès dans la province.

Le Nouveau-Brunswick ouvre toutes grandes ses portes aux entreprises minières et gazières. C'est le message que le ministre des Ressources naturelles, Bruce Northrup, a livré aux participants à la conférence.

Le ministre a toutefois reconnu que tout ne marche pas comme sur des roulettes. Il a ajouté que chacun a le droit de s'exprimer et de protester.

Malgré tout, l'industrie reste optimiste. Cette conférence sur l'industrie minière et pétrolière a attiré près de 400 personnes à Fredericton. C'est un record.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !