•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les morts s'accumulent en Syrie

Un enfant joue avec un fusil jouet, samedi, dans à Damas.

Un enfant joue avec un fusil jouet, samedi, dans à Damas.

Photo : La Presse canadienne / AP/Muzaffar Salman

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plus de 3500 Syriens ont été tués dans le mouvement de répression exercé par le régime du président Bachar Al-Assad à l'encontre des manifestants qui descendent dans les rues du pays depuis la mi-mars, selon le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme.

« La répression brutale sur les manifestants en Syrie a coûté la vie jusqu'ici à plus de 3500 personnes. »

— Une citation de  Ravina Shamdasani, une porte-parole du Haut-commissariat

« Plus de 60 personnes ont été tuées par les militaires et les forces de sécurité, dont 19 dimanche, jour de la grande fête musulmane d'Aïd al-Adha », depuis que la Syrie a accepté mercredi dernier un plan de la Ligue arabe censé mettre un terme aux violences.

« Alors que le gouvernement syrien a annoncé la libération de 553 prisonniers samedi à l'occasion de la fête musulmane, des dizaines de milliers d'entre eux demeurent en détention et des dizaines de personnes sont arrêtées tous les jours », a ajouté Mme Shamdasani.

Selon la porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l'homme, les troupes syriennes continuent d'utiliser des chars et de l'artillerie lourde pour attaquer des quartiers résidentiels de la capitale.

« C'est extraordinairement décevant », a ajouté la porte-parole.

Le plan de sortie de crise de la Ligue arabe prévoyait un arrêt total des violences, la libération des personnes arrêtées dans le mouvement de répression, le retrait de l'armée des villes et la libre circulation des observateurs et des médias en Syrie. Un dialogue entre le régime et l'opposition était aussi prévu.

La Ligue arabe a d'ailleurs décidé de tenir une nouvelle réunion sur la Syrie le 12 novembre « en raison de la poursuite de la violence, le gouvernement syrien n'ayant pas respecté ses engagements à appliquer le plan arabe pour une sortie de crise dans le pays », selon un communiqué.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !