•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dwain Lingenfelter démissionne

Dwain Lingenfelter débat

Le chef néo-démocrate Dwain Lingenfelter pendant le débat

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dwain Lingenfelter porte le poids de la défaite et démissionne de son poste de chef du NPD en Saskatchewan.

Reconnaissant la popularité dans la province de son adversaire Brad Wall qui vient de l'écraser au tapis, Dwain Lingenfelter estime néanmoins que les troupes néo-démocrates vont se battre dans les prochaines années pour défendre la plateforme qu'il a soutenu pendant 28 jours.

Il estime que cette plateforme est brillante, l'une des meilleures qu'il a pu voir dans sa vie.

Dwain Lingenfelter estime que ce seront les jeunes au sein même du NPD, particulièrement parmi ses élus, qui seront là pour rebâtir le parti pour la prochaine campagne électorale dans quatre ans.

Mais son parti aura fort à faire pour remonter la pente. À l'issue de la soirée électorale, le NPD avait perdu plus de la moitié des sièges qu'il détenait avant la dissolution. Le Parti saskatchewanais avait remporté plus de 80 % des 58 circonscriptions que compte la province.

Le NPD aurait souhaité un meilleur partage des richesses de la Saskatchewan

Le chef du Nouveau Parti démocratique Dwain Lingenfelter, a répété tout au long de la campagne son souhait d'augmenter les redevances des entreprises qui exploitent la potasse en Saskatchewan.

Le NPD aurait aimé obliger ces compagnies à verser 10 cents à la province, sur chaque dollar de potasse vendu, soit le double des redevances actuelles.

Dwain Lingenfelter est d'avis que les paiements de redevance ne représentent qu'une infime partie des bénéfices de ces compagnies, et que des changements à ce chapitre n'auraient pas ralenti les investissements dans la province.

Dwain Lingenfelter avait l'intention de financer une grande partie de ses promesses à même ces redevances, qui auraient pu selon lui passer de 380 à 700 millions de dollars par année dans la province.

Des promesses coûteuses

Critiqué à maintes reprises ces dernières semaines pour le montant élevé des promesses de son parti, Dwain Lingenfelter avait néanmoins l'intention de rendre la province plus abordable pour les familles de la province.

Parmi les promesses des néo-démocrates :

-Limiter la hausse des loyers.

-Construire 2 500 logements abordables.

-Geler les droits de scolarité au postsecondaire pour les quatre prochaines années.

-Créer 10 000 nouvelles places en garderies.

-Mettre 100 millions de dollars annuellement dans un fonds d'épargne pour les générations futures.

Les néo-démocrates estimaient que l'ensemble des promesses de cette campagne auraient coûté 2,3 milliards de dollars pour les quatre prochaines années.

Le montant n'incluait pas l'intention des néo-démocrates, de partager les revenus tirés des ressources naturelles avec les Premières Nations.

Dwain Lingenfelter 62 ans, est le chef du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan depuis le 6 juin 2009. Il a succédé à Lorne Calvert.

Il a été à la tête de plusieurs ministères sous les gouvernements néo-démocrates d'Allan Blakeney et de Roy Romanow.

Le NDP a gouverné la Saskatchewan pendant 16 ans, jusqu'à sa défaite le 7 novembre 2007.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !