•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une quatrième femme accuse Herman Cain de harcèlement sexuel

Sharon Bialek aux côtés de son avocate, Gloria Allred

Sharon Bialek aux côtés de son avocate, Gloria Allred

Photo : AFP / TIMOTHY A. CLARY

Radio-Canada

Le candidat à l'investiture républicaine Herman Cain fait face à une quatrième allégation de harcèlement sexuel.

Au cours d'un point de presse à New York, lundi, Sharon Bialek l'a accusé de s'être livré à des attouchements indécents à son endroit il y a une dizaine d'années. La femme de Chicago est la première présumée victime à accuser publiquement Herman Cain.

Les faits qu'elle lui reproche sont, selon elle, survenus à Washington en 1997, après un repas d'affaires au cours duquel elle lui aurait demandé de l'aider à récupérer l'emploi qu'elle avait perdu à la National Restaurant Association, que dirigeait alors M. Cain.

Mme Bialek, qui se dit républicaine, affirme qu'il l'a ensuite conduite en voiture vers les locaux de l'association. « Au lieu d'aller dans les bureaux, il s'est brusquement rapproché et m'a mis la main sur la jambe, sous ma jupe, et a tenté d'atteindre mes organes génitaux. Il a aussi agrippé ma tête et l'a attirée vers son entre-jambes », a-t-elle dit aux journalistes.

Elle aurait ensuite protesté, puis il aurait répliqué « Vous voulez un job, non? » Il aurait cependant arrêté lorsqu'elle lui en aurait fait la demande et l'aurait reconduite à son hôtel.

Mme Bialek a affirmé qu'elle n'avait pas porté plainte à l'époque parce qu'elle n'était plus à l'emploi de l'association, et parce qu'elle était gênée par la situation.

Je veux que vous disiez la vérité, M. Cain. Admettez ce que vous avez fait. Admettez que vous avez eu des gestes inappropriés.

Sharon Bialek

Accompagnée de l'avocate féministe Gloria Allred, qui défend des personnalités connues, elle a dit vouloir « donner une voix » à toutes les autres femmes qui auraient pu être harcelées par Herman Cain lorsqu'il était à la tête de l'association.

L'équipe de campagne d'Herman Cain a nié les allégations avant même que ne prenne fin de la conférence de presse. « Toutes les allégations de harcèlement portées contre M. Cain sont fausses », a-t-elle répliqué par communiqué. « M. Cain n'a jamais harcelé qui que ce soit. Heureusement, le peuple américain ne laissera pas le plan économique de M. Cain, sa vision de la politique étrangère et ses projets d'indépendance énergétique se faire éclipser par de fausses allégations. »

Deux femmes ont déjà porté plainte contre lui pour harcèlement sexuel alors qu'il était président de la National Restaurant Association. Récemment, une troisième femme qui travaillait aussi pour l'association a fait état du même genre de faits, même si elle n'a pas porté plainte à l'époque.

Jusqu'à présent, la popularité de M. Cain ne semble pas pâtir de ce scandale à caractère sexuel. Il a recueilli des contributions totalisant plus de un million de dollars depuis que le site Politico a le premier relayé les accusations, il y a une semaine.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

International