•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alcoa confirme un investissement de 2,1 milliards au Québec

Le président d'Alcoa Canada, Pierre Morin, et le ministre du Développement économique, Sam Hamad, à Montréal

Le président d'Alcoa Canada, Pierre Morin, et le ministre du Développement économique, Sam Hamad, à Montréal

Radio-Canada
Mis à jour le 

Le fabricant d'aluminium Alcoa confirme lundi un investissement de 2,1 milliards de dollars dans ses usines québécoises. De son côté, Québec confirme l'octroi d'un bloc de 325 mégawatts à la multinationale, soit 50 mégawatts de moins que ce que prévoyait l'entente initiale conclue en 2008.

L'entreprise investira 1,2 milliard pour moderniser l'usine de Baie-Comeau, sur la Côte-Nord, notamment pour remplacer les vieilles cuves Soderberg par une nouvelle technologie.

Une somme de 300 millions ira à l'amélioration de la productivité aux établissements de Bécancour, près de Trois-Rivières, et de Deschambault, près de Québec.

Finalement, 600 millions seront consacrés au maintien et à la mise à niveau des équipements actuels.

Selon Alcoa, l'investissement permettra d'accroître la capacité de production annuelle de 120 000 tonnes d'aluminium.

L'entente de 2008 a dû être revue de fond en comble parce que le projet de l'époque était basé sur une technologie qui s'est révélée non compétitive, a expliqué lundi en conférence de presse à Montréal le président d'Alcoa Canada, Pierre Morin.

Rappelons aussi que, selon cette entente, Alcoa s'engageait à maintenir un plancher de 1450 emplois à Baie-Comeau, un seuil qui pouvait cependant être abaissé au fil des départs à la retraite.

L'entreprise affirme lundi que quelque 40 % des employés actuels prendront leur retraite d'ici 2015 et qu'une partie seulement sera remplacée. Alcoa compte quelque 3400 travailleurs au Québec.

Impact potentiel sur les tarifs d'électricité

Alcoa paiera son bloc d'électricité au même tarif qu'Alouette, qui vient de conclure une entente avec Québec, soit le tarif grande puissance d'Hydro-Québec (Tarif L), durant 25 ans.

De l'aveu même du ministre du Développement économique, cette mesure pourrait entraîner une augmentation des tarifs d'électricité pour les Québécois. « Il peut y avoir un impact. Cet impact-là est à déterminer par la Régie de l'énergie », a dit Sam Hamad en conférence de presse.

« Actuellement, pour ce qui est des exportations, étant donné que les États-Unis ont bâti beaucoup de centrales au gaz, la demande est moindre. Donc, l'effet positif pour le Québec est que notre énergie produite ira pour créer des emplois au Québec, pour les entreprises québécoises, au lieu de garder l'eau dans les réservoirs », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, Alcoa s'est engagée à verser 50 millions de dollars, au cours des 25 prochaines années, au Fonds du développement économique, de même que 25 millions de dollars au Fonds pour le développement durable, au bénéfice des régions de Baie-Comeau, de Bécancour et de Deschambault.

Avec les informations de François Cormier

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie