•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise du logement dans la réserve ontarienne d'Attawapiskat

Attawapiskat

Photo : Radio-Canada/Claude G. Gagnon

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les députés provincial et fédéral de Timmins-Baie James se rendront lundi dans la réserve d'Attawapiskat, à 700 km au nord de Timmins, où plusieurs familles s'apprêtent à passer un autre hiver dans des tentes.

Le manque criant de logements dans cette communauté isolée du Grand Nord de l'Ontario n'est pas nouveau, mais la situation est de plus en plus critique, selon les résidents.

Digne du tiers-monde

La responsable du logement de la Première nation, Monique Sutherland, compare la situation à Attawapiskat à celle d'un pays du tiers-monde. Elle vit elle-même dans une roulotte de deux chambres avec cinq proches. Son fils dort dans une cabane.

Certains aînés et nouveaux-nés doivent même dormir sous des tentes.

Mme Sutherland estime que la réserve a besoin de 150 maisons supplémentaires, mais que le financement manque. La dette de la Première Nation l'empêcherait d'emprunter de l'argent.

Intolérable

Le député néo-démocrate provincial, Gilles Bisson, explique que la réserve a un taux de natalité élevé, ce qui fait que le problème de logement empire d'année en année. Il dit que la situation est inacceptable.

Si cette situation avait lieu à Sudbury, à Timmins, à Toronto, jamais qu'on allouerait du monde à vivre dans ces situations-là.

Une citation de :Gilles Bisson, NPD

Le député néo-démocrate veut rapporter des photos à Queen's Park, pour forcer le gouvernement provincial à agir rapidement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !