•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plan de la France pour rééquilibrer son budget

français, François Fillon
Conférence dde presse du premier ministre français, François Fillon Photo: AFP / Jacques Demarthon
Radio-Canada

Dans l'espoir de conserver sa note de crédit parfaite, le gouvernement français a dévoilé lundi une série de mesures pour éponger son déficit budgétaire d'ici 2016.

Ces nouvelles initiatives, des réductions de dépenses et des hausses d'impôts et de taxes, sont évaluées à 18,6 milliards d'euros (25,5 milliards de dollars canadiens), pour 2012 et 2013.

L'âge légal de la retraite sera porté à 62 ans en 2017 au lieu de 2018, a précisé le premier ministre français, François Fillon. La taxe de vente passera de 5,5 % à 7 %, sauf pour les produits de première nécessité, comme l'alimentation.

Les allocations familiales et les soutiens au logement ne seront plus indexés sur l'inflation. Ils seront plutôt bonifiés de 1 % l'an prochain. Des allégements fiscaux seront également éliminés pour dégager 2,6 milliards d'euros.

L'impôt des entreprises sera majoré de 5 % pour celles dont le chiffre d'affaires dépasse 250 millions d'euros.

« Le temps est venu d'ajuster les efforts de la France, a déclaré M. Fillon. Avec le président de la République, nous n'avons qu'un seul objectif, celui de protéger les Français contre les graves difficultés que rencontrent aujourd'hui plusieurs pays européens. »

La France s'est engagée à ramener son déficit budgétaire, qui devrait être à la fin 2011 à 5,7 % de son PIB, à 4,5 % en 2012 et à 3 % l'année suivante.

En octobre, l'agence Moody's s'est donné trois mois pour déterminer si les perspectives de l'économie française devraient être abaissées. Pour l'instant, Paris profite d'une note de crédit AAA avec perspective stable.

D'ici 2016, l'objectif de la France est de trouver un peu plus de 65 milliards d'euros (90,9 milliards de dollars canadiens) d'économies.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Le Monde

Économie