•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal veut se doter de quatre usines de traitement de déchets

Résidus de table

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les consultations publiques sur la construction d'usines de traitement des matières organiques commencent mercredi soir dans l'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension.

La Ville de Montréal projette de construire au moins deux centres de biométhanisation et deux centres de compostage des déchets.

Quatre villes et deux arrondissements de Montréal collectent déjà les déchets compostables de leurs citoyens. Or, la Ville de Montréal compte étendre au cours des prochaines années l'utilisation du bac brun pour permettre aux citoyens de disposer de leurs déchets putrescibles.

Pour bien traiter ces matières recyclables, Montréal devra se doter d'au moins deux usines de biométhanisation. L'une doit être construite dans l'arrondissement de LaSalle et l'autre à Montréal Est. Deux centres de compostage doivent aussi être aménagés, l'un à Dorval et l'autre au Complexe environnemental Saint-Michel.

Transformer les déchets en énergie

Le procédé de biométhanisation consiste à utiliser des matières putrescibles pour produire des biogaz qui peuvent ensuite être utilisés pour produire de l'énergie électrique ou encore de la chaleur.

La séance de consultation publique de mercredi soir est la première d'une série de quatre audiences. D'autres suivront à Montréal Est, à Dorval et à LaSalle.

Les citoyens pourront s'y informer sur les projets et leur impact sur leur milieu de vie.

Quelques appréhensions dans Saint-Michel

Dans le quartier Saint-Michel, la construction d'un centre de compostage inquiète les habitants qui ont connu la carrière Miron.

« Les gens sont craintifs parce qu'ils ont connu des nuisances pendant toutes ces années-là au niveau des odeurs, de la circulation des camions, etc. Donc, c'est beaucoup autour de ces préoccupations-là qu'on va avoir des questions à poser », explique le directeur de l'organisme Vivre Saint-Michel en Santé, Yves Lévesque.

L'Office de consultation publique de Montréal prévoit d'autres soirées pour la présentation de mémoires.

Le vice-président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Alan de Souza, est quant à lui sûr que les citoyens approuveront les sites choisis.

Je pense que les citoyens de Montréal réalisent qu'on n'a pas le luxe de continuer d'exporter nos déchets. On est aussi dans une ère où on bâtit une économie verte. Je pense que les citoyens sont conscients de ça, et puis je suis certain qu'ils vont nous supporter.

Une citation de :Alan de Souza, vice-président du comité exécutif de la Ville de Montréal

La construction de ces usines coûtera plus de 200 millions de dollars. Une bonne partie de la facture sera assumée par Québec et Ottawa.

D'après un reportage de Francine Plourde

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !