•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'admission de l'Autorité palestinienne à l'UNESCO provoque des représailles d'Israël

Benyamin Nétanyahou lors de l'ouverture de la session parlementaire d'hiver, lundi

Benyamin Nétanyahou lors de l'ouverture de la session parlementaire d'hiver, lundi

Photo : AFP / GALI TIBBON

Radio-Canada
Mis à jour le 

Le gouvernement israélien a décidé d'accélérer la construction de colonies juives, en guise de représailles à ce qu'il considère comme une approche unilatérale de l'Autorité palestinienne.

La décision survient au lendemain de l'admission à part entière de l'Autorité palestinienne au sein de l'UNESCO.

Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, en a fait l'annonce par communiqué mardi, à l'issue d'une réunion avec les huit ministres les plus influents de son Cabinet consacrée à la réponse israélienne.

Son gouvernement a ainsi autorisé la construction de 2000 logements, essentiellement à Jérusalem-Est, revendiquée par les Palestiniens comme la capitale d'un futur État souverain, mais aussi à Efrat et à Maalé Adoumim, en Cisjordanie.

Ces nouvelles constructions sont situées dans des zones qui devraient revenir à l'État hébreu dans le cadre d'un accord de paix, a soutenu le premier ministre dans le communiqué.

Depuis des mois, les Palestiniens exigent l'arrêt de la colonisation avant toute reprise des négociations de paix avec Israël.

Le Cabinet a également décidé de geler « provisoirement » le transfert de fonds collectés par Israël au nom de l'Autorité palestinienne. Destinée au paiement des salaires des policiers et des fonctionnaires de l'Autorité palestinienne, la somme bloquée totalise l'équivalent de 83,3 millions de dollars.

Les huit ministres ont aussi décidé d'interdire les missions de l'UNESCO en Israël et ont convenu d'examiner la possibilité de révoquer le statut spécial des hauts responsables palestiniens, qui leur permet de traverser plus rapidement aux points de passage.

« Vous ne pouvez pas demander au public israélien de continuer à faire preuve de retenue quand les dirigeants palestiniens continuent de lui claquer la porte au visage », a expliqué un responsable israélien. « Ils refusent de condamner les tirs de roquettes qui ont tué un citoyen israélien. Ils ont applaudi l'enlèvement du soldat Gilad Shalit [NDLR: libéré en octobre dernier après avoir été enlevé par le Hamas cinq ans plus tôt] et ils ont refusé de participer à des négociations de paix alors qu'ils posaient des gestes unilatéraux à l'ONU », a-t-il poursuivi.

Construire des colonies équivaut à détruire la paix, disent les Palestiniens

L'Autorité palestinienne a déploré les annonces israéliennes.

« Accélérer la construction des colonies revient à accélérer la destruction du processus de paix, et le gel des fonds palestiniens est un vol de l'argent du peuple palestinien », a réagi Nabil Abou Roudeina, porte-parole du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Plus tôt dans la journée, les Palestiniens ont estimé que leur victoire de lundi à l'UNESCO leur offrait une occasion sans précédent d'adhérer à d'autres agences de l'ONU.

Le vote de l'UNESCO, auquel un total de 14 pays se sont opposés, n'est cependant pas sans conséquences pour l'agence. Les États-Unis ont déjà annoncé la suspension de leur contribution financière à l'organisme. Sans aller aussi loin, le Canada a pour sa part indiqué au lendemain du vote qu'il gelait sa contribution.

Israël a de son côté averti qu'il réévaluait sa coopération avec l'agence onusienne.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International