•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bas-Saint-Laurent : l'UQAR se distingue par sa recherche

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Selon le classement effectué par la firme indépendante Research Infosource, l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) se classe au 1er rang des universités généralistes canadiennes pour la recherche universitaire.

L'université de Rimouski arrive aussi au second rang de sa catégorie, soit les universités qui offrent principalement des programmes de 1er cycle, pour le nombre de ses publications scientifiques de 2004 à 2009.

Ces distinctions viennent souligner l'importance la recherche qui se fait à l'UQAR, souligne le recteur de l'UQAR, Michel Ringuet. « 

L'Université de recherche de l'année dans notre catégorie, c'est vraiment formidable! Bravo à tous les chercheurs, à tous les étudiants de cycles supérieurs, à tous les auxiliaires de recherche qui nous ont menés là! », commente le recteur. Michel Ringuet explique que ce n'est pas d'hier que l'université axe ses efforts sur la recherche : « Le même organisme avait démontré l'an dernier qu'on était l'université qui avait démontré la plus forte intensité de recherche au cours des dernières années. » L'université a en effet connu une croissance de 31 % des fonds consacrés à la recherche de 2009 à 2010.

Nouvelle chaire en géologie marine

L'institution a développé trois créneaux de recherches très liés à sa situation géographique régionale soit le développement régional, les sciences de la mer et la nordicité. Un montant de 17,4 millions de dollars sera consacré à la recherche cette année à l'UQAR qui compte 16 chaires de recherche.

Guillaume-Saint-OngeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Guillaume Saint-Onge, titulaire de la nouvelle chaire de l'UQAR

Photo : Gracieuseté de l'UQAR

La plus récente a d'ailleurs été lancée en début de semaine. L'UQAR annonçait lundi que le professeur de l'Institut des sciences de la mer (ISMER), Guillaume Saint-Onge, devenait le titulaire de sa nouvelle chaire de recherche en géologie marine.

La chaire travaillera principalement à l'étude des fonds marins et de leurs sédiments. Les recherches aideront à comprendre les risques naturels, la variabilité naturelle du climat et l'histoire géologique dans le fjord du Saguenay, l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent de même qu'en Arctique.

Les travaux viendront aussi enrichir les connaissances et la réflexion sur les changements climatiques arctiques.

La chaire sera pourvue d'un budget de 500 000 $ pour les cinq prochaines années. Ces fonds seront versés par l'UQAR et l'ISMER.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec