•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet d'école à l'Île-des-Soeurs : la commission scolaire cherche des solutions

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À la suite de l'abandon par l'arrondissement de Verdun du projet de construction d'une école primaire dans un parc de l'Île-des-Soeurs, la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB) se tourne vers le ministère de l'Éducation pour tenter de trouver une solution au problème.

C'est que les besoins pour une nouvelle école primaire se font de plus en plus pressants à l'Île-des-Soeurs, où les infrastructures scolaires existantes ne suffisent plus à la demande.

« Notre mission demeure la même : scolariser les enfants de notre territoire. Le problème demeure donc entier pour nous, compte tenu que l'actuelle école primaire Île-des-Soeurs a déjà atteint sa capacité maximale et que le nombre d'élèves dans ce secteur ne cesse d'augmenter », écrit vendredi la présidente de la CSMB, Diane Lamarche-Venne, dans un communiqué.

Selon la commission scolaire, les nouveaux délais engendrés par l'abandon de ce projet inquiètent les parents de jeunes enfants du quartier. La CSMB étudie maintenant « divers scénarios transitoires » en vue de la rentrée scolaire 2012-2013.

Le maire Trudel jette l'éponge

Le maire de l'arrondissement de Verdun, Claude Trudel, a abandonné officiellement jeudi le projet de construire une école primaire dans le parc de la Fontaine. Il renonce du même coup à tenir un référendum sur la question.

Sept cent quarante-sept citoyens ont signé mercredi le registre pour s'opposer à ce projet, soit 479 de plus que le minimum requis pour autoriser la tenue d'un référendum sur la construction de cette école.

Le maire déplore que seulement 4 % de la population de son arrondissement puisse déterminer l'avenir d'une école qui aurait profité à toute la communauté. Il demande d'ailleurs au gouvernement de modifier la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités qu'il juge antidémocratique.

Je n'ai jamais vu en 50 ans de politique une campagne où l'information, la désinformation, est aussi intense. [...] Je sais qu'on n'aime pas l'entendre, mais je le dis, je le dis même publiquement.

Claude Trudel, maire de l'arrondissement de Verdun

Plusieurs résidents abondent dans le même sens. Vincent Lagueux déplore que les signataires du registre qui exigeaient la tenue d'un référendum aient pu faire échec au projet.

« C'est de la colère, dit-il. Avec nos voisins, on est complètement divisés. Et c'est de voir aussi qu'une population homogène de retraités a un pouvoir si grand dans un dossier qui est collectif pour toute l'Île-des-Soeurs. On a 747 personnes, pour la plupart retraitées, qui ont voulu faire un débat politique sur le dos des enfants en n'ayant aucune idée de ce qui allait se passer après. »

De leur côté, les opposants au projet font valoir que le site est mal choisi. Selon eux, il est possible de construire ailleurs, dans un autre parc, ou d'acheter un terrain privé.

« On est prêt à débourser, c'est ce que la population a dit. C'est la responsabilité de l'arrondissement et de la ville de planifier pour une école et ils ont failli à cette tâche. Maintenant, il faut payer pour les pots cassés », affirme le porte-parole du comité de protection du parc de la Fontaine, Mario Langlois.

Un projet controversé

Des résidents de l'Île-des-Soeurs s'opposaient depuis quelques mois à la construction d'une école primaire sur des terrains qui seraient amputés au parc de la Fontaine, l'un des principaux espaces verts publics à l'Île-des-Soeurs.

Parc de la FontaineAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Vue du parc de la Fontaine, à l'Île-des-Soeurs

Photo : Google

En avril dernier, le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport a accordé une enveloppe de 10,5 millions de dollars pour la construction d'une école de 21 classes à l'Île-des-Soeurs, où les infrastructures scolaires sont surpeuplées.

Après avoir évalué plusieurs emplacements possibles, l'administration de l'arrondissement avait déterminé que seul le parc de la Fontaine offrait un environnement adapté à la construction de cette nouvelle école. Un projet dénoncé par des voisins et des usagers du parc, qui craignent pour la quiétude des lieux et la préservation de cet espace vert.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !