•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Masculinisation alarmante » dans certains pays

Homme et femme enceinte

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

Alors qu'on apprend que la population mondiale atteint maintenant les 7 milliards d'habitants, le démographe français Christophe Guilmoto évoque la « masculinisation alarmante » dans certains pays, notamment en raison des avortements sélectifs.

Naturellement, il naît de 104 à 106 garçons pour 100 filles. En Inde et au Vietnam, on compte environ 112 garçons pour 100 filles. En Chine, cette proportion s'établit à près de 120 pour 100, voire 130 pour 100 dans certaines régions.

« Non seulement ces hommes vont devoir se marier à un âge plus avancé, mais ils risquent de devoir rester célibataires dans des pays où presque tout le monde avait l'habitude de trouver une femme », analyse M. Guilmoto, dans une entrevue accordée à l'Agence France-Presse.

Au Vietnam, qui ne représente même pas le dixième de la population indienne ou chinoise, quelque 4,3 millions d'hommes pourraient ne pas trouver d'épouse au cours des 20 à 30 prochaines années, indiquait en 2010 le quotidien vietnamien Tuôi Tre.

En 1990, l'économiste indien Amartya Sen, Prix Nobel d'économie en 1998, avait lancé un signal d'alarme dans un article intitulé « Plus de 100 millions de femmes sont portées manquantes », publié dans le magazine The New York Review of Books.

Il affirmait alors que dans certains pays, particulièrement en Asie, moins de femmes survivent en raison de soins médicaux et de nourriture de moins bonne qualité que ce qui est offert aux hommes.

À cette analyse, d'autres experts ont ajouté le phénomène des avortements sélectifs, rendu de plus en plus facile grâce aux échographies bon marché.

Depuis, même si des agences des Nations unies ont mis en garde contre une corrélation entre la rareté des femmes et une hausse du trafic sexuel ou des migrations de population pour se marier, peu de solutions ont été avancées.

M. Guilmoto estime donc qu'un travail de sensibilisation est nécessaire.

« En Europe de l'Est, les gens n'ont absolument aucune idée de ce qui est en train de se passer », prévient-il.

En effet, en plus de la Chine, de l'Inde et du Vietnam, les ratios à la naissance sont de l'ordre de plus de 115 garçons pour 100 filles en Azerbaïdjan, en Géorgie et en Arménie. Et le même phénomène est observé en Albanie et au Kosovo, indique l'AFP.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International