•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec lance une campagne de vaccination contre la rougeole

Vaccin
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La direction de la Protection de la santé publique du Québec entreprendra une campagne de vaccination massive contre la rougeole en milieu scolaire, en novembre.

Rayée de la carte des Amériques depuis 2002, la rougeole refait surface au Québec avec l'éclosion de quelque 750 cas depuis le mois d'avril.

La vaccination s'effectuera en milieu scolaire, puisque la tranche d'âge la plus touchée par la maladie contagieuse est celle des 10 à 19 ans.

Les enfants qui n'ont pas reçu leurs deux doses de vaccins seront identifiés par la Protection de la santé publique et se verront offrir une nouvelle vaccination.

Cette mesure est prise pour leur propre sécurité, mais également dans le but de protéger autrui. En effet, les enfants de moins d'un an et les femmes enceintes ne peuvent pas se faire vacciner et courent donc le risque de contracter la maladie.

Maladie infantile courante avant l'arrivée de la vaccination, la rougeole peut s'avérer mortelle (1 décès sur 3000 cas) ou entraîner de graves séquelles.

L'infection peut mener les enfants à développer des otites, des pneumonies et même des encéphalites. Dans ce dernier cas, la maladie peut provoquer des dommages qui vont jusqu'au retard mental.

Le taux d'hospitalisation est de 10 à 15 % chez les enfants infectés par la rougeole.

La rougeole a touché la Mauricie et le Centre-du-Québec et elle atteint maintenant la Montérégie. Le directeur de la santé publique du Québec, Horacio Arruda, montre du doigt le relâchement de la vaccination après avoir enrayé la maladie.

Il souligne que les parents conduisent leurs enfants à leur première dose de vaccin vers 12 mois, mais qu'ils omettent parfois de se présenter pour la deuxième dose qui doit être administrée à 18 mois.

« Oui, c'est frustrant parce que ce sont des cas évitables, explique M. Arruda. Moi, personnellement comme médecin de santé publique, de penser qu'un enfant pourrait décéder à cause de la rougeole en 2012 parce qu'il n'a pas reçu de vaccin ou par un peu de négligence, c'est, pour moi, dramatique. »

La vaccination avait fait reculer les grandes épidémies dans les années 1970 et l'ajout d'une deuxième dose dans le processus de vaccination, en 1996, a mené à son éradication en 2002. La dernière grande épidémie de rougeole qui a frappé le Québec avait tué 7 personnes en 1988-1989.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !