•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa ajoute 30 circonscriptions fédérales, le NPD déçu

La Chambre des communes à Ottawa (archives)

La Chambre des communes à Ottawa (archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'est finalement trois sièges de plus que le Québec obtiendra à la Chambre des communes.

Le ministre de la Réforme démocratique, Tim Uppal, a présenté jeudi à Brampton, en Ontario, la circonscription la plus populeuse du pays, le projet de loi du gouvernement Harper visant à revoir la répartition des sièges entre les provinces.

Un ajustement qui s'imposait, disent les conservateurs, afin de corriger la sous-représentation des provinces qui affichent une forte croissance démographique, dont l'Alberta et la Colombie-Britannique.

Le projet de loi prévoit de faire passer le nombre total de députés aux Communes de 308 à 338.

L'Ontario obtiendra 15 sièges supplémentaires, et l'Alberta et la Colombie-Britannique en obtiendront 6.

C'est pour s'assurer que le Québec ne sera pas sous-représenté à son tour, malgré sa faible croissance démographique, qu'il se verra donc accorder trois sièges supplémentaires.

Le Québec aura ainsi 23,1 % des sièges des Communes, un poids représentatif de sa population.

À l'heure actuelle, la proportion des sièges que compte la province (75) est de 24,35 %.

Le projet conservateur initial, présenté à plusieurs reprises, prévoyait davantage de sièges pour l'Ontario (18 de plus) et la Colombie-Britannique (7 de plus). Ce projet avait été dénoncé par Québec, qui s'inquiétait de la diminution de son pouvoir au sein de la Confédération.

Déception au NPD

La nouvelle répartition des sièges proposée par les conservateurs ne répond pas aux attentes de la chef intérimaire du Nouveau Parti démocratique (NPD), Nycole Turmel.

En conférence de presse jeudi, elle a fait valoir que l'opposition officielle avait déposé le 18 octobre un projet de loi qui aurait accordé plus de sièges à la Colombie-Britannique, à l'Ontario et au Québec que ne le prévoit la proposition du gouvernement fédéral.

 Les conservateurs ont refusé de reconnaître qu'il doit exister un équilibre entre le principe de représentation démographique et la reconnaissance de l'important rôle du Québec au sein du Canada. 

Nycole Turmel, chef intérimaire de l'opposition officielle

Selon Mme Turmel, le projet de loi néo-démocrate offrait un meilleur équilibre qui aurait rallié la population canadienne. Elle compte rencontrer les premiers ministres des provinces pour en discuter au cours des prochaines semaines.

D'autres réactions au projet de loi conservateur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !