•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pauline Marois n'a pas l'intention de démissionner

Pauline Marois
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pauline Marois n'a pas l'intention de quitter son poste de chef du Parti québécois et entend mener le parti lors des prochaines élections.

Mme Marois a annoncé ses couleurs tard mercredi soir, au terme d'une longue réunion du caucus du parti, à Québec, et après une journée où des informations laissaient entendre que son leadership était contesté par des députés.

« Je suis là pour rester et je vais faire la prochaine élection et ça, ç'a été très clair à l'endroit du caucus. »

— Une citation de  Pauline Marois

« On a eu un très bon caucus. On a eu de bonnes discussions. [...] J'ai un bon appui du caucus. Il y a des gens qui ont fait un certain nombre de remarques, c'est normal, on ne serait pas le Parti québécois sans ça. Je crois que c'est bien engagé pour la suite des choses », a-t-elle précisé.

Selon les sources de Radio-Canada, dans la journée, quatre députés auraient ouvertement demandé à la chef péquiste de partir.

Pauline Marois a assuré que les troupes sont unies derrière elle et que personne ne veut claquer la porte du parti. « Personne ne part », a-t-elle lancé.

Depuis juin dernier, cinq députés, dont trois poids lourds du parti, Pierre Curzi, Louise Beaudoin et Lisette Lapointe, ont démissionné pour siéger comme indépendants.

Malgré l'impopularité du gouvernement Charest, la formation a vu ses appuis chuter dans les sondages, au point où elle risque d'être reléguée au rang de tiers parti.

Après la démission d'André Boisclair, en 2007, Pauline Marois avait facilement été couronnée comme chef du PQ, après le désistement rapide du chef bloquiste de l'époque, Gilles Duceppe.

En coulisses, certains affirment que M. Duceppe aimerait maintenant lui succéder. Celui-ci a démissionné de son poste de chef du Bloc québécois à la suite de la débâcle de son parti aux dernières élections fédérales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !