•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des groupes estiment que le Canada néglige les enfants autochtones

Des enfants autochtones jouent sur une véranda avec, au coin, un seau de toilette.

Des enfants autochtones jouent sur une véranda avec, au coin, un seau de toilette.

Photo : La Presse canadienne / Winnipeg Free Press- Joe Bryksa

Radio-Canada
Mis à jour le 

La Société de soutien à l'enfance et à la famille des Premières Nations et l'organisme Kairos frappent à la porte d'un comité de l'Organisation des Nations unies (ONU) pour se plaindre des conditions de vie et d'éducation des jeunes autochtones du Canada.

Dans un rapport soumis au Comité des droits de l'enfant de l'ONU, les deux organisations estiment que les enfants autochtones « sont victimes de négligence et d'abus, allant parfois jusqu'à la mort, à cause du non-respect par le Canada de ses engagements en vertu de la Convention de l'ONU relative aux droits de l'enfant ».

Le rapport, intitulé Les enfants à l'honneur, est déposé à l'approche d'une évaluation par le comité de l'ONU sur le degré de respect du Canada de la Convention relative aux droits de l'enfant, qu'il a signée en 1991.

La convention de l'ONU stipule que les pays doivent agir dans les meilleurs intérêts des enfants. Elle force également les pays signataires à se soumettre à des révisions périodiques. Le Canada doit être évalué dans le domaine des soins apportés aux enfants autochtones l'an prochain. En vue de cette évaluation, le gouvernement fédéral a déjà soumis un long rapport à propos de son respect du traité.

Mais les défenseurs des droits des enfants soutiennent que le financement gouvernemental en matière de santé, d'éducation et de protection de l'enfance est beaucoup plus bas dans les réserves autochtones qu'ailleurs au pays.

« Je crois que plus les Canadiens comprendront à quel point cela est inacceptable, plus le gouvernement sera sous pression », a déclaré Landon Pearson, une sénatrice libérale à la retraite, maintenant membre du conseil d'administration de la Société de soutien à l'enfance et à la famille des Premières Nations.

Ces enfants reçoivent moins pour la santé, l'éducation et les services pour enfants, et ce uniquement parce qu'ils sont autochtones. Cela n'est simplement pas juste. L'équité est une valeur clé des Canadiens. La situation est injuste et ces enfants veulent connaître du succès.

Landon Pearson, sénatrice libérale

Des conditions « déplorables »

Dans leur rapport, la Société de soutien à l'enfance et à la famille des Premières Nations et Kairos soulignent de nombreuses lacunes dans les conditions de vie des enfants autochtones. « Leurs communautés n'ont pas accès à l'eau potable ni à des logements salubres et abordables. Et dans certains cas, leurs conditions d'apprentissage sont déplorables », a déclaré la Dre Cindy Blackstock, directrice générale de la Société de soutien.

Parmi les exemples concrets cités dans le rapport, les organismes signalent la contamination de certaines écoles par la moisissure noire ou encore le chauffage déficient dans des établissements. Une école a aussi dû être fermée à cause d'une infestation de serpents, tandis qu'une autre doit, en moyenne, fermer ses portes 22 jours par an en raison de l'absence d'eau potable.

« Ces conditions scandaleuses sont attribuables aux politiques, passées et actuelles, qui vont à l'encontre des traditions holistiques autochtones et qui ne respectent pas les droits des peuples autochtones », a précisé Ed Bianchi, coordonnateur des programmes des droits des Autochtones de Kairos.

Les deux groupes soutiennent que les écoles des Premières Nations reçoivent entre 2000 et 3000 $ de moins par étudiant que les écoles gérées par les provinces, et que les augmentations de financement ont été plafonnées à 2 % par année, bien que la population autochtone croisse rapidement.

Le rapport rappelle également plusieurs constatations du vérificateur général et des enquêtes ministérielles qui font état de logements en piètre état dans plusieurs réserves.

Finalement, Les enfants à l'honneur présente 13 recommandations sur « des moyens pour le Canada de remédier aux injustices subies par les enfants autochtones ».

De son côté, le gouvernement fédéral promet de lire le rapport des deux groupes. Ottawa rappelle qu'avec l'Assemblée des Premières Nations, ils ont mis sur pied l'an dernier un panel national sur l'éducation autochtone.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

National