•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une 22e nuit pour les sans-abri

Un itinérant

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Mis à jour le 

La 22e édition de la Nuit des sans-abri se déroule vendredi soir au Comité social Centre-Sud, à Montréal, avec la participation de Christian Vanasse, membre du groupe des Zapartistes.

Aucune statistique récente ne permet de déterminer le nombre exact d'itinérants dans la métropole, mais selon les intervenants, il est en hausse constante, particulièrement chez les femmes.

« Les refuges pour femmes sont à pleine capacité, c'est inquiétant. Il y a un phénomène de femmes plus âgées qui se présentent maintenant dans les refuges, des femmes qui n'ont plus d'emploi et qui ont très peu contribué à des régimes de pension. Elles n'ont pas de revenu donc elles se tournent vers les lits d'urgence », explique la responsable du développement social et communautaire au comité exécutif de la Ville de Montréal, Jocelyn-Ann Campbell.

La chef de l'administration des programmes au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Jeanne-Mance, Francine Côté, abonde dans le même sens.

« On a de plus en plus de femmes itinérantes qui n'ont jamais été dans le milieu de l'itinérance. Elles ont perdu leur logement et se retrouvent dans le milieu de l'itinérance parce que c'est le seul endroit qui peut les accueillir », indique-t-elle.

Manon Guimond, 50 ans, a vécu cette situation pendant trois ans. Après avoir perdu son mari et son emploi, elle s'est retrouvée à dormir dans la rue, a commencé à boire et à consommer des drogues dures. Aujourd'hui, grâce à l'aide de l'équipe itinérance du CSSS Jeanne-Mance, elle s'est reprise en main.

Avant, on ne voyait pas les femmes dans la rue, elles se cachaient. Mais maintenant, on ne peut plus se cacher. Il n'y a pas assez de places pour loger toutes ces femmes-là. Il y a encore des femmes qui ont couché dehors hier soir.

Manon Guimond, ancienne itinérante

Il y a près de 600 lits d'urgence pour hommes sans abri à Montréal, mais seulement 75 pour les femmes. Chez les hommes, on réussit à répondre tant bien que mal à la demande, selon les responsables des grands refuges, mais chez les femmes, le besoin est criant. Certains refuges d'urgence disent avoir rejeté plus de 3000 requêtes l'an dernier, faute de places.

« Ça va prendre combien de gens qui vont mourir dans les parcs avant qu'ils prennent conscience qu'il y a un problème, un gros problème à Montréal d'itinérance? Ça serait intéressant qu'ils commencent à y penser », déplore Manon Guimond.

La 22e édition de la Nuit des sans-abri vise à sensibiliser la population ainsi que le gouvernement aux besoins pressants des personnes itinérantes. Elle se déroulera cette année dans 25 villes du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Société