•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les étudiants manifestent contre la hausse des droits de scolarité

Les manifestants protestent contre la hausse des droits de scolarité

Les manifestants protestent contre la hausse des droits de scolarité.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Environ 200 étudiants ont manifesté vendredi après-midi contre l'augmentation des droits de scolarité devant le Centre des congrès de Québec.

Ils ont bloqué deux des trois voies sur le boulevard René-Lévesque en direction ouest devant le Centre des congrès.

Les étudiants ont profité du congrès du Parti libéral du Québec, qui s'ouvre vendredi soir, à Québec, pour dénoncer l'intention du gouvernement Charest de hausser les droits de scolarité de 1625 $. Selon les étudiants, la mesure causera de l'endettement et pénalisera davantage ceux qui proviennent des régions éloignées.

« Nous, ce qu'on veut, c'est que le gouvernement Charest garantisse à tous les enfants qu'ils vont avoir accès à une éducation de qualité au niveau universitaire et nous, on est convaincus qu'à force de pression, le gouvernement va trouver une autre manière de financer les universités », a fait valoir le président de la Fédération étudiante collégiale du Québec, Léo Bureau Blouin.

Ce dernier a affirmé par ailleurs que le gouvernement est mal placé pour imposer ce genre de hausse alors que sa gestion des finances publiques est critiquée.

Chad Waltott, étudiant en science politique à l'Université ConcordiaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Chad Waltott, étudiant en science politique à l'Université Concordia

De son côté, Chad Waltott, un étudiant en science politique à l'Université Concordia, a plaidé que son parcours scolaire pourrait être compromis en raison de la hausse des droits de scolarité.

« Il faut savoir que ce n'est pas juste les étudiants qui vont souffrir avec cette hausse. C'est nos parents, c'est nos petits frères, nos petites soeurs, c'est les prochaines générations d'étudiants qui vont devoir payer plus cher », a-t-il affirmé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !