•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bas-Saint-Laurent : Ugo Lapointe poursuit Petrolia pour 400 000 $

Radio-Canada

Le cofondateur et porte-parole de la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine, Ugo Lapointe, dépose une poursuite de 400 000 $ contre l'entreprise rimouskoise Petrolia.

Cette poursuite arrive dans la foulée d'une poursuite de 350 000 $ intentée en janvier dernier contre Ugo Lapointe et le journal Le Soleil par la compagnie d'exploration pétrolière.

Ugo Lapointe, de la coalition « Pour que le Québec ait meilleure mine »Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le porte-parole de la coalition Québec meilleure mine!, Ugo Lapointe (archives)

Petrolia reprochait notamment à M. Lapointe d'avoir tenu des propos diffamatoires en qualifiant de vol à petite échelle le fait qu'une entreprise d'exploration pétrolière puisse extraire et vendre du pétrole sans verser de redevances. La poursuite de Petrolia a été rejetée le 29 juillet dernier par la juge Claudette Tessier-Couture en vertu des dispositions législatives sur les poursuites abusives. La juge concluait, entre autres, qu'il était important de protéger la liberté de la presse.

Dans son jugement, la cour réservait à la partie défenderesse la possibilité de présenter une poursuite en dommages et intérêts. Ugo Lapointe demande donc à Petrolia de lui rembourser 400 $ de frais judiciaires ainsi que la note de plus de 32 000 $ de son procureur en frais extrajudiciaires. M. Lapointe réclame aussi un peu plus de 15 000 $ pour des dommages compensatoires ainsi que pour les troubles et inconvénients subis.

À ces demandes s'ajoute une somme de 350 000 $ à titre de dommages punitifs qui serait, si elle est accordée par le tribunal, versée dans un fonds destiné à protéger la liberté d'expression en matière de protection de l'environnement. Ce fonds aiderait aussi la coalition Pour qu'un Québec ait meilleure mine à poursuivre ses activités.

Ugo Lapointe espère que sa poursuite fera réfléchir les entreprises tentées d'utiliser les tribunaux pour intimider les citoyens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Justice et faits divers