•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'administration Tremblay reprend le contrôle de la circulation

Conference de presse
Radio-Canada
Mis à jour le 

Les mairies d'arrondissements devront dorénavant obtenir l'autorisation des pompiers ou de la direction des Transports de la Ville de Montréal avant d'installer des dos d'âne ou de modifier le sens des rues.

Vendredi, le comité exécutif de la Ville de Montréal a approuvé des mesures destinées à encadrer les pouvoirs des arrondissements en ce qui a trait à la circulation, à la signalisation et à la voirie afin d'assurer une circulation sans entraves aux véhicules d'urgence.

Le président du comité exécutif, Michael Applebaum, a annoncé vendredi que cette nouvelle mesure sera déposée au Conseil municipal de lundi prochain.

Le 16 septembre dernier, l'administration du maire de Montréal, Gérald Tremblay, avait demandé au directeur général de la Ville de Montréal, Louis Roquet, de prendre « toutes les mesures nécessaires pour assurer la circulation sans obstruction des véhicules d'urgence dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal ».

Une demande du Service des incendies

Cette décision de l'administration Tremblay a été prise à la suite de plaintes du directeur du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) et coordonnateur de sécurité civile de l'agglomération de Montréal, M. Serge Tremblay, qui dénonçait récemment l'installation non coordonnée de mesures d'apaisement dans certains arrondissements.

La Ville et le SIM reprochent notamment aux arrondissements du Plateau-Mont-Royal, Rosemont-Petite-Patrie et Mercier Hochelaga-Maisonneuve de ne pas suivre les recommandations des pompiers lorsqu'ils adoptent des mesures d'apaisement de la circulation.

Les pompiers affirment être retardés de 7 à 10 secondes dans leur trajet à chaque fois qu'ils doivent franchir un dos d'âne avec leur véhicule. Ce qui retarde d'autant leur intervention.

En vertu de ces nouvelles mesures décrétées par la ville de Montréal, les conseils d'arrondissements devront consulter au préalable le Service de sécurité incendie de la Ville de Montréal ou la direction des transports de la Ville avant de modifier le sens de la circulation dans les rues, reprogrammer des feux de circulation ou installer des dos d'âne.

« La sécurité des Montréalais est primordiale. Lors d'une intervention d'un véhicule d'urgence, chaque seconde compte. Nous ne pouvons pas accepter que des mesures soient adoptées par certains arrondissements sans l'approbation de la direction du SIM », a expliqué vendredi dans un communiqué Claude Trudel, membre du comité exécutif responsable de la sécurité publique.

Projet Montréal dénonce et conteste cette mesure

Cette décision de l'administration Tremblay a été vigoureusement contestée par le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, qui réclame la suspension de cette mesure, qui s'apparente davantage une prise de contrôle politique qu'à une question de sécurité publique.

Rappelant qu'environ 175 piétons et cyclistes se font heurter chaque année par des voitures ou des camions dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Richard Bergeron estime que les mesures d'atténuation de la circulation déployées dans l'arrondissement sont, elles, une question de sécurité publique.

Réal Ménard déplore l'absence des pompiers à ses conseil d'arrondissement

Le maire de l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard, a lui aussi contesté cette décision de la Ville de Montréal.

M. Ménard, qui est aussi président de la commission de la sécurité publique, estime que le SIM aurait pu faire part de ses préoccupations à la commission avant de réclamer l'imposition de telles mesures lundi prochain au conseil municipal de Montréal.

Il a également déploré qu'aucun pompier n'assiste jamais à ses conseils d'arrondissement, contrairement aux policiers. La présence de dos d'âne près des écoles sauve aussi des vies, selon le maire Ménard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société