•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sénatrice Maria Chaput consulte les francophones de Terre-Neuve

Maria Chaput

La sénatrice franco-manitobaine Maria Chaput.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La sénatrice libérale Maria Chaput présente à la communauté francophone de Terre-Neuve, en fin de semaine, le nouveau projet de loi qu'elle souhaite faire adopter pour moderniser une partie de la loi sur les langues officielles.

Ce projet de loi qui sera déposé aux Communes au cours des prochains mois sera beaucoup moins ambitieux que l'original. La sénatrice l'a allégé afin d'obtenir l'appui des conservateurs.

« Le nouveau projet de loi exclut des points, mais il a gardé le coeur du projet pour aider nos communautés à s'épanouir », souligne Mme Chaput.

Le nouveau projet de loi exclut par exemple l'obligation de la GRC de fournir des services bilingues le long de l'autoroute transcanadienne. Il exclut aussi les obligations des transporteurs aériens.

Cependant, le projet veut élargir les critères sur lesquels le gouvernement fédéral se base pour fournir au public des services dans les deux langues. À l'heure actuelle, Ottawa fournit ces services en fonction du nombre de francophones dans chaque collectivité.

Il est très important de définir la francophonie telle qu'elle est maintenant, en 2011, cette nouvelle francophonie canadienne, qui est inclusive, qui inclut tous les francophones, tous ceux et celles qui peuvent communiquer dans la langue.

Maria Chaput, sénatrice libérale

Maria Chaput soutient qu'Ottawa devrait aussi tenir compte des francophiles puisqu'ils jouent un rôle important dans la vitalité de ces communautés francophones.

« L'autre critère obligatoire, ce serait que le fédéral prenne en considération la vitalité institutionnelle de cette minorité de langue officielle », précise la sénatrice.

Sans cette modernisation de la loi sur les langues officielles, Maria Chaput croit que les communautés francophones en milieu minoritaire connaîtront une diminution des services offerts dans leur langue, et que cette langue continuera de reculer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie