•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Québec prépare une révolution pour les commissions scolaires

    La ministre de l'Éducation Line Beauchamp
    La ministre de l'Éducation Line Beauchamp
    Radio-Canada

    Le budget administratif des 69 commissions scolaires du Québec sera amputé de moitié d'ici trois ans, annonce la ministre de l'Éducation, Line Beauchamp dans une entrevue exclusive accordée à Radio-Canada.

    Québec compte s'attaquer à leur appareil bureaucratique, diminuer leur taille et les transformer en « coopératives de services ».

    Le projet du gouvernement Charest marque la fin des commissions scolaires qui règnent sur les écoles : les écoles et leur direction deviendront les maîtres du jeu.

    Le statu quo n'est plus possible.

    Line Beauchamp

    Le gouvernement Charest compte donc diminuer le budget administratif des commissions scolaires de 100 millions par année pendant trois ans. À terme, le budget s'établira à 271 millions.

    « Il faudrait plus voir ça comme une coop de services. Une commission scolaire, c'est un endroit où je devrais avoir des services en commun que je peux aller prendre parce que je suis une école qui a tel ou tel besoin », explique la ministre.

    Les 69 commissions scolaires, dit la ministre, deviendraient ainsi des répartiteurs qui pourraient, par exemple, affecter des professionnels d'une école à l'autre. Elles pourront aussi fusionner des services.

    « Il y a des commissions scolaires qui sont d'accord pour dire: "on doit se faire beaucoup plus de regroupement de services entre nous" », indique la ministre Beauchamp.

    Les écoles décideront dorénavant de leurs priorités. Elles choisiront leur personnel et réclameront les budgets dont elles ont besoin auprès à la commission.

    Le financement des écoles dépendra cependant de leur rendement. Autrement dit, une école qui réussit aura plus d'argent que les autres.

    « Il arrive qu'on garde un certain pourcentage d'un budget et qu'on dise ce pourcentage sera redistribué à ceux qui atteignent les objectifs fixés », ajoute la ministre Beauchamp.

    Le projet libéral doit d'abord être adopté lors du congrès du Parti libéral en fin de semaine.

    La ministre Beauchamp compte pour sa part mettre tout son poids politique dans la balance pour que s'engage le changement.

    L'annonce de la ministre est faite six mois après que le fondateur de la Coalition pour l'avenir du Québec, François Legault, eut proposé de fusionner les commissions scolaires avec les directions régionales de l'éducation.

    D'après le reportage de Martine Biron

    Politique