Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Construction : Québec présente sa politique de tolérance zéro

Le ministre des Transports du Québec, Pierre Moreau

Le ministre des Transports du Québec, Pierre Moreau

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au lendemain du lancement de sa commission d'enquête, le gouvernement Charest promet une politique de tolérance zéro à l'égard des situations de collusion dans le secteur de la construction.

En conférence de presse jeudi, le ministre du Transport du Québec Pierre Moreau et la présidente du Conseil du Trésor Michelle Courchesne ont énuméré de nombreuses mesures administratives en réponse aux recommandations formulées dans le rapport Duchesneau.

Dans un premier temps, Québec annonce l'élaboration d'un cadre de gestion des projets d'infrastructures de moindre envergure, d'un montant inférieur à 40 millions de dollars, pour mieux contrôler les coûts et la qualité.

Les firmes de génies-conseils et les entrepreneurs devront par ailleurs rendre plus de comptes, et seront soumis à de nouveaux mécanismes de sanctions et d'imputabilité, en cas d'erreurs d'exécution ou de dépassements de coûts. « Lorsque des erreurs seront détectées, ces erreurs-là devront être compensées », a assuré M. Moreau.

Près de 1000 nouveaux employés

Le ministère des Transports engagera également 970 nouveaux employés d'ici cinq ans. Mme Courchesne a insisté sur la nécessité du gouvernement d'embaucher des travailleurs expérimentés, des ingénieurs, des professionnels et techniciens dont l'expérience sera monnayée selon la valeur du marché. « Nous paierons pour le nombre d'années d'expérience que l'individu aura, ce qui n'est pas une réalité nécessairement aujourd'hui », a précisé Mme Courchesne.

Ces nouvelles ressources devraient permettre au ministère d'augmenter sa présence dans ses champs d'action et, par le fait même, de réduire le recours à la sous-traitance. Ainsi, la proportion des tâches qui seront exécutées à l'interne devrait augmenter selon les prévisions suivantes :

  • Surveillance des chantiers : de 5 à 25 %
  • Préparation des projets : de 5 à 25 %
  • Inspection des structures : de 50 à 80 %
  • Suivi de l'état du réseau : de 68 à 80 %

Le gouvernement mettra par ailleurs sur pied un service spécialisé en structure à Montréal et un bureau des projets stratégiques. « Les problèmes sont à Montréal, nous allons amener l'expertise à Montréal », a indiqué M. Moreau.

Parmi les autres mesures annoncées, le ministère des Transports s'engage à développer une expertise dans :

  • l'estimation de la valeur des honoraires professionnels et des coûts des travaux;
  • l'analyse des bordereaux de soumission;
  • l'évaluation et la gestion des risques à chaque étape de la réalisation des projets routiers;
  • l'analyse des modifications aux contrats.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !