•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le régime de pensions du Canada intéressé par Yahoo

Yahoo et Microsoft

(archives)

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Mark Lennihan

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Office d'investissement du régime de pensions du Canada (RPC) se serait associé au géant Microsoft et au fonds d'investissement Silver Lake Partners pour déposer une offre de 20 milliards de dollars américains pour acheter Yahoo, selon le Wall Street Journal.

Des sources proches des négociations ont affirmé au quotidien que Microsoft obtiendrait le contrôle de Yahoo puisque la participation combinée du RPC et de Silver Lakes dans l'entreprise ne dépasserait pas 50 %.

Le trio d'investisseurs songerait à proposer entre 16 et 18 $ l'action pour Yahoo, ce qui valoriserait l'entreprise entre 20 et 23 milliards de dollars. Ce montant serait tout de même deux fois moins important que celui offert par Microsoft dans le cadre d'une proposition d'achat faite en 2008. L'offre de 50 milliards de dollars avait alors été rejetée par la direction.

Depuis trois ans, la situation financière de l'entreprise s'est sérieusement détériorée. Yahoo a même congédié sa PDG, Carol Bratz, en septembre et n'a pas nommé de remplaçant à ce poste.

Les parts de marché, les profits et les revenus sont en baisse. Le titre de Yahoo s'est tout même apprécié de 3 % mercredi, à 15,94 $US, à la suite de résultats meilleurs que prévu. Le bénéfice net a reculé de 26 % comparativement au troisième trimestre de 2010.

Selon le Wall Street Journal, Microsoft et ses partenaires ne seraient pas seuls dans la course au rachat de Yahoo. Au moins neuf fonds d'investissement étudient la possibilité de déposer une offre d'achat. Le géant chinois Alibaba, dont Yahoo est l'actionnaire principal, serait sur les rangs.

« Nous restons très intéressés par Yahoo. Nous attendons que le conseil d'administration nous disent exactement leurs intentions », a déclaré Jack Ma, PDG d'Alibaba, lors d'une conférence sur les technologies numériques à Hong Kong.

Avec les informations de Agence France-Presse, Bloomberg, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !