•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déception et frustration au chantier maritime Davie

Le chantier maritime Davie

Le chantier maritime Davie

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La décision est tombée comme un coup de massue aux Chantiers Davie à Lévis. Le chantier maritime n'obtient aucun contrat du gouvernement fédéral pour la construction de grands navires pour la marine canadienne.

Les chantiers de Vancouver et d'Halifax ont obtenu les lucratifs contrats totalisant 33 milliards de dollars. L'entreprise Halifax Shipyards, qui appartient au groupe Irving, a obtenu le contrat de 25 milliards de dollars pour construire une vingtaine de navires de combat.

Pour sa part, Vancouver Shipyards, du groupe Seaspan, a mis la main sur le contrat de huit milliards de dollars pour la construction de huit navires destinés à la Garde côtière canadienne.

Davie espérait obtenir le contrat de huit milliards de dollars pour la construction de sept grands navires scientifiques et un brise-glace.

Après l'attente, l'échec était dur à encaisser, mercredi soir, pour les travailleurs de la Davie. « Je suis en baptême. Je suis frustré. Et je vous dirais là que je demanderais la démission du ministre Blaney [ministre des Anciens combattants et député fédéral de Lévis-Bellechasse, Steven Blaney] », a dit Paul Lapointe.

Roger Héroux, un autre travailleur, était toujours sous le choc de l'annonce. « C'est énorme qu'est-ce qu'on perd aujourd'hui. 8 milliards de contrats, c'est énorme », a-t-il dit.

Inquiétudes et relance

Pendant toute la journée, le président du syndicat des travailleurs de Chantiers Davie a reçu des appels de travailleurs inquiets. Paul-André Brulotte est très déçu après avoir cru que les déboires du chantier de Lévis seraient chose du passé.

Il dit toutefois avoir l'assurance que le chantier maritime Davie, désormais une entreprise de la société maritime Upper Lakes Group basée en Ontario, appuyée de SNC-Lavalin et du constructeur naval sud-coréen Daewoo, va continuer à travailler à la relance du chantier. « Upper Lakes, d'après eux autres, ce chantier-là va continuer même si on n'a pas ces contrats-là. On va rencontrer l'employeur et on va parler de tout ça », dit-il.

La mairesse de Lévis, Danielle Roy-Marinelli, était aussi surprise de la décision. « Je suis vraiment déçue sincèrement. Je me pose des questions. Est-ce qu'on a tout fait ce qu'on avait à faire? » s'interroge-t-elle.

La coentreprise formée de Davie et de SNC-Lavalin pourra à partir de maintenant soumissionner les deux contrats de 2 milliards restants pour la construction de petits navires et les contrats d'entretien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !