•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kadhafi, « tué d'une balle dans la tête », dit le CNT

Radio-Canada

Après 42 ans de règne et 8 mois de révolte populaire, le leader libyen en fuite Mouammar Kadhafi a été tué, jeudi, dans le dernier assaut contre Syrte, sa région d'origine, ont annoncé les nouvelles autorités à la tête du pays.

« Nous annonçons au monde que Kadhafi est mort aux mains des révolutionnaires », a indiqué le vice-président du Conseil national de transition (CNT), Abdul Haziz Ghoga, lors d'une conférence de presse à Benghazi, confirmant les rumeurs qui circulaient depuis la matinée. Les capitales occidentales ont salué la fin d'un chapitre douloureux.

C'est un moment historique, c'est la fin de la tyrannie et de la dictature. Kadhafi a rencontré son destin. Sa mort va mettre fin au bain de sang et au martyre de notre jeunesse.

Abdul Haziz Ghoga

Dans les heures ayant suivi l'annonce, le CNT a précisé qu'il avait dans un premier temps été retrouvé vivant.

« Quand il a été retrouvé, il était en bonne santé et portait une arme », a affirmé le chef de l'exécutif du CNT, Mahmoud Jibril lors d'une conférence de presse à Tripoli, ajoutant qu'il avait ensuite été conduit vers une camionnette. « Quand le véhicule a démarré, il a été pris dans un échange de tirs entre des combattants pro-Kadhafi et des révolutionnaires, et il a été tué d'une balle dans la tête », a-t-il ajouté.

Plus tôt, un commandant des forces du CNT à Misrata, Mohamed Leith, avait affirmé que les rebelles avaient ouvert le feu sur son véhicule, dont il serait sorti pour prendre la fuite. « Il s'est réfugié dans un égout. Les rebelles ont ouvert le feu de nouveau, et il en est sorti, portant une kalachnikov d'une main et un pistolet de l'autre », a-t-il ajouté. « Il a regardé à gauche et à droite, demandant "qu'est-ce qui se passe?". Les rebelles ont ouvert le feu de nouveau, le blessant à l'épaule et à la jambe, et il a succombé ensuite », a-t-il ajouté.

Les premières images diffusées après l'annonce de sa capture ne permettaient pas d'établir si Mouammar Kadhafi était vivant ou mort. Des images diffusées ensuite par les télévisions arabes Al-Arabiya et Al-Jazira le montrent clairement vivant et blessé.

Des photos et des vidéos subséquentes, filmées à partir de téléphones portables, le montraient sans vie, le torse nu et ensanglanté. On pouvait aussi voir les combattants du CNT, tirant en l'air pour manifester leur joie.

Nous avons pris notre revanche! Qu'il aille en enfer!

Ali Urfulli, un combattant du CNT

En soirée, la dépouille de Mouammar Kadhafi se trouvait à Misrata.

Agé de 69 ans, celui qui se présentait comme le « guide » des Libyens depuis 1969 était introuvable depuis la chute de son quartier général, à Tripoli, le 23 août dernier. Il est le premier dirigeant arabe à avoir été tué depuis l'éclatement du printemps arabe.

Dans les villes du pays, par exemple à Syrte, Benghazi, Misrata et Tripoli, la mort du « Guide » a été accueillie par des concerts de klaxons, des tirs de joie et des embrassades.

Des Libyens célèbrent dans la rue, le 20 octobre

Des Libyens célèbrent dans la rue, le 20 octobre

La participation française et américaine

Selon le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, c'est l'aviation française qui a identifié et « stoppé » le convoi dans lequel se trouvait Mouammar Kadhafi. Le convoi « de plusieurs dizaines de véhicules a été stoppé dans sa progression alors qu'il cherchait à fuir Syrte, vraisemblablement pour Bani Walid, mais n'a pas été détruit par l'intervention française », a-t-il précisé lors d'une conférence de presse.

Le tir de l'avion français a permis de diviser la colonne de véhicules et de laisser le champ libre au CNT, a-t-il précisé, ajoutant que des combattants libyens avaient ensuite détruit les véhicules et « sorti le colonel Kadhafi ».

Dans ces affrontements, des véhicules ont été détruits, des personnes blessées et tuées et parmi celles-là est apparu, après confirmation, qu'en faisait partie le colonel Kadhafi.

Gérard Longuet, ministre français de la Défense

Un drone américain Predator a également tiré un missile contre le convoi, a de son côté affirmé un responsable américain. Plus tôt, l'OTAN avait annoncé que des avions de l'Alliance avaient frappé deux véhicules des forces pro-Kadhafi dans les environs de Syrte.

Un des fils Kadhafi tué, un autre au milieu d'une bataille

Un des fils de Kadhafi, Moutassim, a été retrouvé mort à Syrte, a indiqué le Conseil militaire du CNT, selon lequel il a reçu une balle dans la nuque et a eu la main coupée. La télévision libyenne a d'ailleurs montré des images de son corps, reposant sur ce qui s'apparente à un lit d'hôpital, sans toutefois préciser d'où provient la photo.

Mahmoud Jibril a par ailleurs indiqué que les combattants du CNT avaient attaqué un convoi dans lequel pourrait être Seif al-Islam, le fils de Kadhafi autrefois présenté comme son successeur potentiel. Le convoi aurait été encerclé alors qu'il tentait de s'enfuir de Syrte. Des combats sont en cours à Wadi al-Athr, près de Syrte, a-t-il précisé.

Interpol et la Cour pénale internationale ont demandé à Seif al-Islam Kadhafi, visé par un mandat d'arrêt international pour crimes contre l'humanité, de « se rendre » afin de « répondre des accusations contre lui ». Saïf al-Islam Kadhafi avait souvent pris la parole depuis le début du conflit pour défendre le régime.

L'ex-ministre de la Défense de Kadhafi, Aboubakr Younès Jaber, serait mort, tandis que le chef des renseignements libyens, Abdallah Al-Senoussi, beau-frère de Kadhafi, a de son côté été capturé selon la télévision libyenne.

La guerre « terminée »

La « dernière bataille » pour prendre Syrte, qui avait commencé en matinée, s'est achevée après seulement une heure et demie de combats. Selon les combattants, à Syrte, les hommes fidèles à Mouammar Kadhafi ont pris la fuite hors du secteur, vers l'ouest.

La ville tombe ainsi aux mains du CNT avec l'aide de l'OTAN, deux mois après la conquête de la capitale libyenne, Tripoli. La chute de Syrte était très importante pour les anti-kadhafistes, qui avaient déclaré qu'ils considéreraient la guerre terminée après la reddition de cette ville symbolique où Kadhafi est né.

Je félicite le peuple libyen pour cette journée historique et je l'appelle à cette occasion à laisser de côté ses rancunes et à proclamer d'une seule voix : "Libye, Libye, Libye!"

Mahmoud Jibril, chef de l'exécutif du CNT

Plus tôt cette semaine, le CNT a annoncé qu'il contrôlait l'essentiel de Bani Walid, l'autre bastion qui lui résistait encore.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, Reuters, et Al-Jazira

International