•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le contrat naval créera des milliers d'emplois en Colombie-Britannique

Vancouver Shipyards

Le chantier naval de Seaspan, à North Vancouver, est en lice pour l'obtention d'un contrat de 25 milliards de dollars.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le contrat de construction de navires de 8 milliards de dollars accordé par Ottawa à l'entreprise Seaspan de North Vancouver réjouit plusieurs communautés en Colombie-Britannique.

« Nous verrons la création de milliers d'emplois grâce à cet argent fédéral, » s'est réjouie Christy Clark, la première ministre de la province, qui chiffre à plus de 4000 le nombre d'emplois attendus.

Le contrat pour la mise à l'eau d'un nouveau brise-glace et des navires de ravitaillement pour la Garde côtière devrait entre autres permettre de doubler le nombre d'employés au chantier naval de Nanaimo, affirme Ron Van Wachem, président de l'entreprise qui emploie à l'heure actuelle 160 personnes.

Les 700 ouvriers du chantier de Victoria auront aussi un avenir plus sécuritaire, souligne Randall Garrison, le député néo-démocrate de Esquimalt-Juan de Fuca.

La nouvelle plaît aussi au College Camosun, qui devrait enregistrer une augmentation des inscriptions à son centre de formation maritime.

« Nous sommes prêts à saisir cette chance, » explique Kathryn Laurin, qui dirige cet établissement de Victoria.

Jonathan Whitworth, le patron de l'entreprise Seaspan de North Vancouver, n'est pas trop déçu d'être arrivé deuxième derrière le chantier naval Irving à Halifax. Ce dernier s'est vu attribuer un contrat de 25 milliards. Il se dit surtout heureux d'avoir remporté la soumission sans intervention politique.

Les détails du contrat de huit milliards de dollars doivent encore être dévoilés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !