•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d'un millier d'indignés dans les rues de Vancouver

Occupons Vancouver

Occupons Vancouver

Photo : Theresa Lalonde/CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plus d'un millier de personnes ont manifesté pacifiquement, samedi, devant le musée des Beaux-Arts, à Vancouver.

Certains se sont présentés sur les lieux équipés de leur tente. Un campement sera érigé et certains ont l'intention d'y rester jusqu'en novembre.

La manifestation s'est déroulée dans le calme. Plusieurs militants en ont profité pour faire passer leurs messages d'indignation.

C'est le cas des agents de bord d'Air Canada, qui sont frustrés qu'Ottawa les oblige à retourner au travail. « On nous a enlevé le droit de faire la grève, ça nous empêche de négocier pour trouver un accord. C'est un droit fondamental des citoyens canadiens », a affirmé l'un d'eux.

C'est aussi le cas des environnementalistes, qui disent en avoir assez que les gouvernements jouent à l'autruche, qu'ils fassent comme si les ressources naturelles étaient inépuisables.

La disparité entre les riches et les pauvres fait l'objet de nombreux slogans.

Le mouvement Occupons Vancouver est une plate-forme géante où chacun peut s'exprimer spontanément.

Tous les points de vue sont les bienvenus et avec le temps, le groupe espère créer un message commun qui sera envoyé aux dirigeants canadiens.

Né le 17 septembre au coeur du quartier financier de New York, le mouvement de contestation contre les inégalités économiques continue d'étendre ses tentacules au Canada.

Les participants à ce mouvement, qu'on appelle aussi les indignés, manifestent samedi dans de nombreuses autres villes de l'Ouest canadien dont Regina, Saskatoon et Winnipeg ainsi qu'à Toronto, Montréal et Ottawa.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !