•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le mouvement des indignés arrive au Canada

Carminda Mac Laurin

Carminda Mac Laurin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Né à New York le 17 septembre dernier, le mouvement des indignés se propage au Canada, où 3000 personnes sont notamment attendues à Montréal samedi. Des manifestants de Toronto, Montréal, Ottawa, Vancouver, Edmonton, Calgary, Regina, Winnipeg et Moncton se joindront au mouvement en occupant symboliquement des places financières de leur coin de pays, samedi.

Un groupe montréalais, qui affirme n'avoir ni structures dirigeantes ni allégeance politique, a tenu une réunion d'organisation jeudi soir pour appeler à un rassemblement samedi. Les instigateurs, dans une page Facebook, invitent les participants à apporter « vêtements chauds, nourriture, générateurs, équipement audio-vidéo, walkies-talkies, tentes, batteries, chargeurs solaires, trousses de premiers soins, balais, poubelles, sacs à ordures, toilettes chimiques ».

Malgré des revendications, qui ne sont pas clairement définies, les manifestants tiennent au respect du mot d'ordre d'une manifestation pacifique. « Un espace sera réservé pour les familles, les personnes âgées ou à mobilité réduite et les femmes enceintes », explique une étudiante montréalaise, Carminda Mac Laurin. « On invite vraiment toute la population à venir réfléchir ensemble, avec nous », résume l'étudiante, elle-même mère d'un enfant.

Convenant de la complexité d'identifier les revendications précises des manifestants, Mme Mac Laurin avance que « les revendications ne sont pas uniques, mais multiples. Je dirais qu'elles sont aussi multiples qu'il y a de manifestants. »

« Toutes les revendications finalement convergent vers, il me semble, une exigence de démocratisation de la démocratie, qui touche trop d'enjeux économiques en ce moment, qui est régie finalement par quelques-uns », précise Mme Mac Laurin.

Le slogan en ce moment est : « Nous sommes les 99 % » et le 1 % régit [...] le monde. Nous voulons exiger que ça change. »

Une citation de :Carminda Mac Laurin

« Je pense que c'est une revendication qui est mondiale, elle n'est pas seulement nationale », poursuit Mme Mac Laurin. « Les grandes banques, de toute façon, sont interreliées, que ce soit ici au Canada ou ailleurs dans le monde. Les enjeux économiques sont importants ici au Canada comme partout dans le monde. C'est vraiment une revendication internationale. »

Les manifestants montréalais ne se cachent pas pour dire qu'ils espèrent que leur manifestation se prolonge le plus longtemps possible.

À ce stade-ci, on ne peut pas vraiment dire ce qui va se passer dans le futur. Nous sommes à un stade de réflexion collective.

Une citation de :Carminda Mac Laurin

Inspirée des manifestations du printemps arabe, le mouvement Occupons Wall Street s'est ensuite propagé à plusieurs villes américaines comme Chicago et Denver. Il se propage maintenant au nord de la frontière américaine et au monde entier, puisque plus de 1500 villes devraient être touchées par le mouvement samedi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !