•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les maires de la Rive-Nord s'élèvent contre le plan métropolitain d'aménagement

Consultation publiques sur le plan métropolitain d'aménagement.
Radio-Canada

Les maires des municipalités de la Rive-Nord ont fait front commun jeudi pour dénoncer le plan métropolitain d'aménagement de la Communauté métropolitaine de Montréal.

Plus de 150 personnes ont assisté à la séance de consultation publique de la CMM qui avait lieu jeudi soir à Boisbriand. Ce plan vise à orienter et à baliser le développement des villes de la grande région de Montréal pour les 20 prochaines années.

Plusieurs maires des municipalités du nord de la couronne de Montréal ont clairement manifesté leur opposition à la vision d'avenir de la CMM.

Ils soutiennent que ce plan, qui prévoit, entre autres, le gel du dézonage agricole pour cinq ans, empêchera la croissance de leur ville et pourrait provoquer une hausse des prix des résidences unifamiliales sur leur territoire.

Selon eux, la restriction des espaces disponibles pour la construction résidentielle freinerait aussi le développement commercial et industriel de leur municipalité. Tout ça pour régler les problèmes de la Ville de Montréal, déplorent les municipalités de la Rive-Nord.

« Nos villes ont une personnalité, une âme et un coeur auxquels les citoyens s'attachent [...] Malheureusement, le plan métropolitain dicte les territoires à urbaniser, prescrit une densification sans aucun discernement, impose un périmètre dogmatique et infranchissable », a plaidé la mairesse de Boisbriand, Marlene Cortado.

Le maire de Bois-des-Fillion et préfet de la MRC Thérèse-de-Blainville, Paul Larocque, a pour sa part manifesté sa déception.

« Cet exercice de premier plan métropolitain aura été décevant, démobilisateur, un outil de division. Il est encore temps de corriger le tir, mais si ce projet demeure un projet imposé plutôt que partagé, vous en connaissez déjà l'issue... », a prévenu Paul Larocque.

Gérald Tremblay maintient le cap

Le maire de Montréal et président de la CMM, Gérald Tremblay, avait été invité à assister à la séance par ses homologues de la Rive-Nord.

« On n'est pas contre le développement économique, au contraire, il faut qu'il y ait du développement économique. On va analyser les situations. S'il y a des situations particulières, il va falloir les analyser à leur mérite », a tempéré le maire Tremblay.

Il n'est cependant pas question pour la CMM de retarder l'adoption du plan métropolitain d'aménagement. « Il y a un engagement qui est très clair, le plan va être adopté au plus tard le 31 décembre 2011 », a maintenu Gérald Tremblay.

Peu d'alliés dans leur bataille

Les maires des villes de la Rive-Nord sont pratiquement seuls dans leur lutte contre le Plan métropolitain d'aménagement.

Les municipalités de la Rive-Sud l'appuient majoritairement, et de nombreux organismes, dont l'Union des producteurs agricoles, l'Ordre des agronomes du Québec, la Fondation David Suzuki et Vivre en ville, réclament même un nouveau plan qui restreint davantage et plus longtemps le dézonage de terres agricoles dans les municipalités de la couronne de Montréal.

Plus tôt cette semaine, l'UPA a demandé un gel du périmètre urbain dans la grande région de Montréal pour les 20 prochaines années.

Selon l'UPA, la Communauté métropolitaine de Montréal doit être plus ferme avec les municipalités qui n'en font pas assez pour freiner l'étalement urbain. Son président Christian Lacasse reproche à certaines villes de banlieue d'empiéter sur les terres agricoles pour leur développement.

Selon lui, trop de villes de banlieue considèrent le territoire agricole comme une banque de terrains pour leur développement résidentiel et économique.

Les consultations publiques sur le plan controversé se poursuivent vendredi à Boisbriand et se transportent à Laval et sur la Rive-Sud la semaine prochaine.

D'après un reportage de Benoît Chapdelaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société