•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les citoyens du Sud-Ouest se mobilisent pour conserver leurs SAQ

Succursale de la SAQ de la rue Centre, à Pointe-Saint-Charles.

La succursale de la rue Centre, à Pointe-Saint-Charles.

Photo : Google

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La fermeture de deux succursales de la Société des alcools du Québec dans l'arrondissement Le Sud-Ouest, à Montréal, soulève un tollé parmi la population.

Plusieurs organismes socio-économiques du quartier se mobilisent pour que la SAQ revienne sur sa décision de fermer ses succursales de la rue Centre et du boulevard Monk.

Les baux de ces deux succursales de la SAQ doivent se terminer l'an prochain et la société d'État n'a pas l'intention de les renouveler. La fermeture annoncée des deux commerces inquiète beaucoup de commerçants de l'arrondissement et d'organismes qui tentent de revitaliser les secteurs commerciaux de l'arrondissement.

Des acteurs économiques à préserver

L'organisme communautaire Action-Gardien a fait circuler une pétition qui regroupe plus de 3000 noms. Selon Geneviève Grenier, d'Action-Gardien, la fermeture de deux succursales dans l'arrondissement privera les citoyens de service de proximité.

« Dans le quartier Pointe-Saint-Charles, il y a déjà un déficit important de commerces et de services pour répondre aux besoins de la population, puis on sait qu'un commerce comme la SAQ est un générateur d'activité économique et attire des commerces et favorise tout le développement d'une artère commerciale », plaide Mme Grenier.

Le maire de l'arrondissement, Benoît Dorais, estime pour sa part que la fermeture des succursales de la rue Centre et du boulevard Monk aurait des répercussions à long terme sur l'activité économique du secteur.

Il dénonce lui aussi la décision de la SAQ : « Ça fait fi de toute la volonté d'une communauté de restructurer la vie de quartier autour d'artères commerciales fortes », déplore le maire Dorais.

D'après un reportage de Marc Verreault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !