•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un troisième mandat majoritaire pour le Parti du Yukon

Le chef du Parti du Yukon, Darrell Pasloski

Le chef du Parti du Yukon, Darrell Pasloski Darrell Pasloski, chef du Parti du Yukon Darrell Pasloski, chef du Parti du Yukon Le chef du Parti du Yukon, Darrel Pasloski

Photo : La Presse canadienne / James MacKenzie

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les électeurs du territoire ont donné au Parti du Yukon un mandat majoritaire, mardi. Le premier ministre élu Darrell Pasloski a conduit sa formation politique au pouvoir pour un troisième mandat d'affilée, écrivant ainsi une page d'histoire pour le territoire.

Le Parti du Yukon a remporté 11 des 19 sièges à l'Assemblée territoriale. Le Nouveau Parti démocratique a été victorieux dans 6 circonscriptions, ravissant ainsi l'opposition officielle au Parti libéral, réduit à 2 sièges.

Le Parti du Yukon est au pouvoir dans le territoire depuis 2002. Darrell Pasloski dirige la formation politique depuis mai 2011, alors qu'il remporte la course pour succéder au chef démissionnaire et premier ministre, Dennis Fentie.

2 chefs élus, 1 défait et démissionnaire

Le premier ministre élu Darrell Paslowski entrera à l'Assemblée territoriale après avoir remporté la circonscription de Mountainview. Devant ses militants en liesse, il a expliqué la victoire historique de son parti par l'accent mis sur la prospérité économique pendant la campagne électorale.

Sa rivale du NPD, Liz Hanson, a été victorieuse dans Whitehorse Centre. Elle a remercié les électeurs d'avoir accordé à son parti le statut d'opposition officielle et a promis de militer pour les questions de justice sociale.

Quant au chef libéral Arthur Mitchell, il a été défait par Currie Dixon du Parti du Yukon dans la circonscription de Copperbelt Nord qu'il représentait depuis 2005. Devant ses militants déçus de sa performance et de celle du parti, il a annoncé sa démission.

Enjeux : logement, environnement, développement économique

Quelques enjeux ont dominé la campagne électorale, entre autres la question du logement abordable dans le territoire et sa capitale Whitehorse. Le NPD ainsi que le Parti libéral avaient tous deux promis de construire des logements abordables et des refuges pour sans-abri si leur formation était portée au pouvoir.

Les chefs Arthur Mitchell (Parti Libéral), Darrell Pasloski (Parti du Yukon) et Liz Hanson (NPD)Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les chefs Arthur Mitchell (Parti Libéral), Darrell Pasloski (Parti du Yukon) et Liz Hanson (NPD)

Le Parti du Yukon a quant à lui promis un nouveau refuge pour jeunes dans la capitale ainsi qu'une expansion du refuge de l'Armée du salut.

La question de l'avenir du bassin de la rivière Peel a été le sujet le plus chaudement débattu pendant la campagne. La région de 67 000 kilomètres carrés, située dans le nord du territoire, est visée par un plan qui protégerait 80 % de sa superficie du développement industriel et minier.

Le chef du Parti du Yukon a refusé tout au long de la campagne de se prononcer sur ce plan, affirmant qu'il ne voulait pas nuire au processus de consultation en cours. La néo-démocrate Liz Hanson s'était pour sa part engagée à respecter le plan tel que proposé, tout comme Arthur Mitchell du Parti libéral du Yukon.

Darrell Pasloski - en bref

  • âge : 50 ans
  • profession : pharmacien, homme d'affaires
  • chef de parti et premier ministre depuis : mai-juin 2011
  • autre expérience politique : candidat conservateur fédéral perdant en 2008
  • état civil : marié et père de quatre enfants
  • Plus de détails

Taux de participation

En 2006, 72,9 % ont exercé leur droit de vote. Historiquement, plus de trois électeurs yukonnais sur quatre se rendent aux urnes. Lors du vote par anticipation, la semaine dernière, 2877 électeurs se sont présentés en personne pour voter, soit presque deux fois plus que lors du vote de 2006.

Traditionnellement, trois électeurs yukonnais sur quatre votent lors d'élections territoriales.

Plus de 20 700 Yukonnais étaient appelés aux urnes, soit 2000 de plus qu'en 2006. Le territoire compte environ 35 000 habitants.

Avant ces élections, le Parti du Yukon détenait 11 sièges, les libéraux 5 et le NPD 1. Un siège était vacant à la suite du décès du député néo-démocrate Steve Cardiff en juillet dernier.

Une dix-neuvième circonscription a été ajoutée depuis le dernier scrutin.

Le Parti vert et le Parti des premières nations avaient chacun deux candidats, et deux candidats se présentaient comme indépendants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !