•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des affrontements font 24 morts au Caire

Des milliers de Coptes ont manifesté au Caire pour dénoncer une attaque contre une de leurs églises chrétiennes.

Des milliers de Coptes ont manifesté au Caire pour dénoncer une attaque contre une de leurs églises chrétiennes.

Photo : AFP / Mohammed Hossam

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Vingt-quatre personnes ont été tuées et plus de 200 autres blessées lorsque des affrontements ont éclaté entre les Coptes et les forces de l'ordre dimanche au Caire, selon ce que rapportent des représentants du ministère égyptien de la Santé.

Il s'agit des pires affrontements depuis le soulèvement populaire qui a mené au renversement de l'ancien président Hosni Moubarak, en février dernier.

Les violences ont été déclenchées alors que la minorité chrétienne d'Égypte (10 % de la population), les Coptes, manifestait pour dénoncer une récente attaque d'islamistes radicaux contre une de leurs églises située dans la province d'Assouan.

Les Coptes accusent notamment le conseil militaire de ne pas condamner avec assez de sévérité cette série d'attaques qu'ils attribuent aux salafistes locaux. Ils s'inquiètent aussi de l'importante croissance de ce courant radical au pays.

Les heurts ont commencé à Maspero, devant le siège de la télévision publique, où des centaines de personnes des deux camps se sont affrontées. Armés de bâtons et brandissant des croix et des images de Jésus, les manifestants ont lancé des pierres sur les forces de l'ordre et incendié au moins quatre véhicules.

Les violences se sont poursuivies tard dans la nuit de dimanche à lundi, forçant le déploiement de véhicules blindés et de plus de 1000 représentants des forces de sécurité. Les affrontements se sont étendus jusqu'à la place Tahrir, où les manifestants se comptaient par milliers.

Couvre-feu dans le centre du Caire

Les autorités égyptiennes ont décrété un couvre-feu dans le centre du Caire en raison des violences meurtrières, a rapporté la télévision publique.

Le gouvernement intérimaire du premier ministre Essam Charaf a pour sa part lancé un appel au calme. « Les seuls bénéficiaires de ces événements et de ces actes de violence sont les ennemis du peuple égyptien, musulmans et chrétiens à la fois », a déclaré le chef du gouvernement sur sa page Facebook.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !