•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jacques Duchesneau en congé

Jacques Duchesneau en commission parlementaire à Québec
Jacques Duchesneau montre la taille approximative du problème de collusion au Québec. Photo: La Presse canadienne / presse canadienne
Radio-Canada

Radio-Canada a appris que le directeur de l'Unité anticollusion, Jacques Duchesneau, a demandé un congé d'au moins deux semaines au commissaire de l'Unité permanente anticorruption, Robert Lafrenière.

Cette demande a été faite mardi, lors de la rencontre entre les deux hommes à Montréal. M. Lafrenière a immédiatement accepté la demande de M. Duchesneau.

Jeudi matin, l'Unité permanente anticorruption (UPAC) a tenu à préciser que M. Duchesneau prend un congé de « quelques » semaines, et non « plusieurs semaines ».

On ne sait toujours pas si Jacques Duchesneau va intégrer l'UPAC, à laquelle a été intégrée l'Unité anticollusion (UAC).

La semaine dernière, M. Duchesneau, partisan d'une commission d'enquête publique avec un volet à huis clos, s'est montré peu enthousiaste quant au travail de l'UPAC pour décortiquer la collusion dans l'industrie de la construction et a remis en question sa stratégie de fonctionnement.

En entrevue au journal La Presse, il a laissé entendre qu'elle ne devrait pas être dirigée par un ex-policier, mais plutôt par un juge à la retraite, comme ce fut le cas avec la commission fédérale sur les commandites, présidée par le juge John Gomery.

Robert Lafrenière a par ailleurs expliqué qu'il n'avait pas commenté le rapport accablant de M. Duchesneau parce que le document était destiné au ministère des Transports. Dans son rapport, l'équipe de Jacques Duchesneau concluait notamment qu'un grand nombre d'entreprises québécoises du domaine de la construction entretenaient des liens avec des organisations criminelles, notamment la mafia.

Politique