•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Immense déception pour le chef conservateur, qui démissionne

Hugh McFadyen, chef du Parti progressiste-conservateur du Manitoba

Hugh McFadyen, chef du Parti progressiste-conservateur du Manitoba

Photo : La Presse canadienne / Trevor Hagan

Radio-Canada

Le chef des conservateurs du Manitoba Hugh McFadyen annonce son départ après la défaite de son parti, mardi.

L'homme est parvenu à conserver son siège de Fort White, mais il a tout de même essuyé une défaite face au NPD, et n'a pas cherché à cacher sa profonde déception à l'issue du scrutin.

Alors que le décompte était encore en route, son parti était en passe de récolter une vingtaine de députés, légèrement plus donc qu'à la dissolution. Mais pas assez pour menacer la suprématie néo-démocrate.

Le chef précise qu'il restera en place jusqu'à ce qu'un successeur soit trouvé.

Le leader des progressistes-conservateurs Hugh McFadyen a voté à l'école Robert H. Smith

Le leader des progressistes-conservateurs Hugh McFadyen a voté à l'école Robert H. Smith

Photo : Meaghan Ketcheson

Évoquant au soir de la défaite le pourcentage de suffrages exprimés, plus de 44 %, en faveur de sa formation, « près de la moitié de la population du Manitoba », le chef a précisé que dans d'autres circonstances, un tel score serait satisfaisant, « mais de toute évidence nous n'avons pas eu les votes nécessaires au bon endroit ».

Il a quand même noté une petite augmentation du nombre de sièges obtenus par son parti, mais a confirmé que la soirée s'était révélée extrêmement décevante.

Les observateurs avaient prédit qu'une deuxième tentative infructueuse pour diriger la province se traduirait par son départ.

Des successeurs potentiels

Quelques noms circulent déjà pour succéder à Hugh McFadyen.

Gord Steeves serait intéressé, mais sa défaite dans Rivière Seine aux mains de la néo-démocrate Theresa Oswald nuit à ses chances. L'ex-conseiller municipal de Winnipeg avait quitté son poste pour se présenter aux élections provinciales sous la bannière conservatrice, et pourrait aussi choisir de retourner sur la scène municipale en se présentant à l'élection partielle dans son quartier de Saint Vital.

Un autre nom circule; celui de Sandy Riley. Cet ancien pdg du Groupe Investors s'était fait une image publique lorsqu'il était à la tête du comité organisateur des Jeux panaméricains de 1999 à Winnipeg

Politique