•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa éliminera le financement public aux partis politiques

Jim Flaherty lors de la conférence de presse à Ottawa
Jim Flaherty lors d'une conférence de presse à Ottawa Photo: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick
Radio-Canada

Le gouvernement Harper éliminera progressivement le financement public aux partis politiques fédéraux, tel que promis en campagne électorale.

Cette mesure, décriée par les partis d'opposition, fait partie du projet de la Loi sur le soutien de la croissance de l'économie et de l'emploi au Canada qu'a déposé mardi le ministre des Finances, Jim Flaherty.

Les conservateurs avaient promis d'abolir les subventions aux partis s'ils obtenaient la majorité à la Chambre des communes lors des élections du 2 mai.

Actuellement, les partis fédéraux récoltent deux dollars de l'État pour chaque vote obtenu. En 2010, les partis fédéraux ont reçu au total 27,4 millions de dollars en vertu de ce mode de financement.

Dans leur plateforme électorale, les conservateurs prévoyaient réduire la subvention aux partis de 50 ¢ par année, jusqu'à ce qu'elle disparaisse, au bout de quatre ans.

Le Parti conservateur du Canada est la formation politique qui dépend le moins du financement public.

Loi sur le soutien de la croissance de l'économie et de l'emploi au Canada

Plusieurs autres mesures sont prévues dans ce projet de loi, telles que :

  1. Instaurer un crédit temporaire à l'embauche pour les petites entreprises
  2. Offrir un plus grand soutien fiscal pour la production d'énergie propre
  3. Abolir l'âge de la retraite obligatoire pour les personnes travaillant pour un employeur assujetti à la réglementation fédérale
  4. Mettre en oeuvre le crédit d'impôt pour les pompiers volontaires
  5. Instaurer un crédit d'impôt pour les activités artistiques des enfants
  6. Dispenser du remboursement de leurs prêts d'études les nouveaux médecins, infirmiers et infirmières qui travaillent dans des collectivités en milieu rural ou éloigné

Politique