•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5e édition des Signes vitaux de Montréal

Le centre-ville de Montréal
Radio-Canada

La Fondation du Grand Montréal (FGM), qui se définit comme un organisme de bienfaisance voué au mieux-être de la collectivité, a dévoilé mardi la cinquième édition de Signes vitaux de la métropole québécoise.

Il s'agit d'un grand bilan de santé de la grande région de Montréal, qui se décline sous forme d'un portrait statistique de la vie collective de la métropole, dont l'intégration et la diversité, l'emploi, l'éducation, la santé, le transport, l'environnement, ainsi que les arts et la culture.

Le rapport témoigne des besoins réels de la région et de ceux de ses résidents. Il se veut également un outil stratégique à la FGM et ses donateurs lors de l'attribution des subventions et se présente comme une référence pour les leaders de la philanthropie et les organismes.

La FGM a pu maintenir l'octroi de subventions, grâce à ses choix avisés et ses connaissances des besoins réels des organismes, et s'assure que les subventions soient affectées directement aux projets qui répondent aux priorités de la communauté.

Marina Boulos Winton, présidente et directrice générale de la FGM

Selon le rapport de la FGM, 60 000 emplois devraient être créés dans la grande région de Montréal d'ici 2014, dont 60 % exigeront un diplôme de niveau collégial ou universitaire.

Il indique qu'en janvier 2011, se nourrir adéquatement coûtait 7,19 $ par personne, par jour. Cela représente plus de 860 $ par mois pour une famille de 4 personnes. Il s'agit de 20 % de plus que ce que bien des familles peuvent s'offrir.

Le rapport rappelle qu'en 2010, Montréal a accueilli 314 congrès et 303 054 participants. Il évalue les retombées économiques à 424 millions de dollars.

Cela représente 88 millions de dollars de plus qu'en 2009 alors que la ville avait enregistré 101 événements en moins.

Société