•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Surprise dans l'atmosphère de Mars

Représentation artistique de la sonde Mars Express

Représentation artistique de la sonde Mars Express

Photo : ASE

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'atmosphère de la planète Mars contient de la vapeur d'eau en état de sursaturation, montrent les données recueillies par le satellite Mars Express de l'Agence spatiale européenne (ASE).

Le chercheur Franck Montmessin et ses collègues du centre français de la recherche scientifique ont été surpris par cette découverte, qui permet, selon eux, de mieux comprendre le cycle de l'eau sur la planète, mais aussi l'évolution de son atmosphère.

La sursaturation

Schéma du cycle de l'eau dans l'atmosphèreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Schéma du cycle de l'eau dans l'atmosphère martienne

Photo : ASE

Sur la Terre, la vapeur d'eau se condense (c'est-à-dire qu'elle devient liquide) habituellement lorsque la température descend en dessous du point de condensation.

Une atmosphère est dite « saturée » lorsqu'elle ne peut contenir plus d'humidité à cette température et à cette pression. L'excédent de vapeur d'eau se condense alors autour de particules et de poussières en suspension pour former des précipitations.

Il arrive toutefois que la condensation soit fortement ralentie, notamment quand particules et poussières se font rares. La vapeur d'eau en excès reste alors sous forme gazeuse, incapable de se condenser. C'est ce qu'on appelle la sursaturation.

Les scientifiques estimaient que ce phénomène était impossible dans l'atmosphère martienne, même s'ils ne pouvaient le prouver.

Image du pôle sud de Mars réalisée grâce aux données de Mars ExpressAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Image du pôle sud de Mars réalisée grâce aux données de Mars Express en janvier 2011.

Photo : ASE

Or, les informations recueillies par un spectromètre embarqué à bord de la sonde Mars Express ont permis d'établir que la sursaturation en vapeur d'eau est non seulement présente, mais qu'elle est aussi fréquente sur Mars.

De plus, les données montrent des niveaux de sursaturation très élevés, jusqu'à plus de dix fois supérieurs à ceux constatés sur Terre.

Cette capacité de la vapeur d'eau à subsister en état de forte sursaturation permettrait, par exemple, d'alimenter l'hémisphère sud de Mars en eau bien plus efficacement que ne le prédisent les modèles actuellement.

Franck Montmessin

Cette nouvelle connaissance force donc les chercheurs à revoir leurs théories sur le cycle hydrologique de Mars.

Le détail de ces travaux est publié dans le magazine Science.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !