•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le budget de l'arrondissement du Sud-Ouest adopté dans la grogne

Benoît Dorais, maire de l'arrondissement du Sud-Ouest, à Montréal

Benoît Dorais, maire de l'arrondissement du Sud-Ouest, à Montréal

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Conseil d'arrondissement du Sud-Ouest de Montréal a adopté lundi soir à l'unanimité son budget 2012.

Plus d'une centaine de citoyens se sont présentés à l'assemblée, principalement pour dénoncer les compressions qu'impose l'arrondissement pour atteindre l'équilibre budgétaire.

Les citoyens ont notamment déploré la fermeture d'une piscine publique et d'une bibliothèque pour adultes à la fin de cette année.

Sous-financement et réduction des services

Comme plusieurs de ses confrères d'autres arrondissements, le maire Benoît Dorais du parti Vision Montréal a fait porter l'odieux de ces compressions à l'administration Tremblay, qu'il a accusée de ne pas financer adéquatement les arrondissements.

Dès le début de la période de questions des citoyens, une femme a déposé une pétition de 787 noms au conseil pour réclamer la sauvegarde du Bain Émard, qui est menacé de fermeture en raison des compressions.

« C'est le plus beau quartier de Montréal, et vous êtes en train de le détruire complètement, ça me dépasse... », a lancé un homme outré par ces coupes, sous les applaudissements des citoyens présents.

Quant à l'annonce de la fermeture de la section adulte de la bibliothèque Georges-Vanier, le maire Dorais a tenté de minimiser les dégâts en expliquant que les jeunes de moins de 14 ans pourraient profiter davantage de cette bibliothèque. Sa réponse a cependant été mal accueillie.

« On considérait que ça, ce serait un choix optimal pour les jeunes de la Petite Bourgogne. Pour les jeunes de 0 à 13 ans. », a répondu le maire.

« Mais que faites-vous des jeunes de 14 à 25 ans qui vendent de la drogue dans ma ruelle? », a aussitôt rétorqué une citoyenne.

Pas moyen de faire autrement

Affirmant ne pouvoir faire autrement que de couper dans son budget pour équilibrer les finances de l'arrondissement, le maire Dorais a répété que la Ville centrale remettait sensiblement le même montant d'une année à l'autre aux arrondissements, malgré l'augmentation des dépenses. Ce qui cause inévitablement des déficits.

« La Ville de Montréal continue à empocher des taxes, mais elle continue juste à en empocher, elle ne fait pas tout le travail pour optimiser elle-même ses choses », a déploré Benoît Dorais.

L'administration Tremblay se défend pour sa part de ne pas aider financièrement les arrondissements. Plusieurs mairies d'arrondissement, dirigées par tous les partis politiques, assurent pourtant être sous-financées.

D'après un reportage de Benoît Chapdelaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !