•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appels d'offres : Gérald Tremblay se range du côté de Chantal Rouleau

Le maire Gérald Tremblay se dit entièrement d'accord avec la mairesse de  Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles Chantal Rouleau au sujet du processus d'appel d'offres.

Le maire Gérald Tremblay se dit entièrement d'accord avec la mairesse de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles Chantal Rouleau au sujet du processus d'appel d'offres.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

Le maire Gérald Tremblay a fait échos aux propos de la mairesse de l'arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, en reconnaissant que la Ville de Montréal devenait impuissante quand elle avait des doutes envers une entreprise qui remporte un appel d'offres.

« Quand j'ai entendu la mairesse de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, j'étais entièrement d'accord avec ce qu'elle a dit. On a nous-mêmes fait ces représentations-là au gouvernement du Québec », a lancé d'entrée de jeu Gérald Tremblay au conseil municipal lundi matin.

Le maire a déclaré que la Ville devait attribuer le contrat au plus bas soumissionnaire, même lorsqu'elle a des doutes sur l'entreprise.

« Ça fait deux ans qu'on attend que le gouvernement du Québec change les dispositions notamment au niveau du plus bas soumissionnaire et des délais qu'on doit mettre en place si on refuse le plus bas soumissionnaire », a-t-il poursuivi.

Actuellement, la loi force la Ville à retenir la soumission du plus bas soumissionnaire, à défaut de quoi l'administration municipale s'expose à des poursuites judiciaires ou alors, si elle annule l'appel d'offres, à des délais d'au moins un an avant de lancer un nouvel appel d'offres, ce qui retarde d'autant la réalisation des travaux.

Pour Richard Bergeron, chef de Projet Montréal, cette attente n'est pas le véritable problème.

« Eh bien, que l'on attende une année plutôt que de tolérer encore deux ans, trois ans, quatre ans, la déliquescence de nos institutions et [le gaspillage] d'une certaine proportion des cotisations que les contribuables mettent dans nos infrastructures », a-t-il déclaré au conseil municipal.

Le maire de l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard, du parti Vision Montréal, a suggéré de son côté d'améliorer le processus d'appel d'offres en octroyant des licences aux entrepreneurs et non aux entreprises, comme pour les détenteurs de permis d'alcool. De cette manière, un entrepreneur coupable de fraude ne pourrait pas simplement changer le nom de son entreprise pour obtenir un contrat municipal.

Rencontre entre Pierre Moreau et Gérald Tremblay

Le maire Tremblay et le comité exécutif ont par ailleurs accueilli lundi matin à l'hôtel de ville de Montréal le nouveau ministre des Transports du Québec, Pierre Moreau.

Cette première rencontre officielle avait été reportée dernièrement à la suite de la publication du rapport Duchesneau. Il devait y être question entre autres du prolongement de la ligne bleue du métro et de la voie réservée aux autobus sur le boulevard Pie-IX.

Avec le reportage de Benoît Chapdelaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Affaires municipales

Société