•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le secret de la chauve-souris

Une chauve-souris vampire

Une chauve-souris vampire

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À ce jour, seul un petit nombre de reptiles, d'oiseaux et de poissons étaient connus pour posséder des muscles super-rapides.

C'était avant les travaux du Dr Coen Elemans et de ses collègues de l'Université du Danemark du Sud qui en ont découvert chez un premier mammifère : la chauve-souris.

Ils ont observé que lorsque la chauve-souris (murin de Daubenton) s'abat sur une proie, elle augmente la fréquence de ses cris d'écholocalisation au-delà de 160 par seconde. Ce phénomène est dû à un groupe rare de muscles super-rapides qui peuvent se contracter plus de 100 fois par seconde, expliquent les chercheurs.

L'attaque à l'étude

Les chercheurs ont analysé les attaques aériennes menées par un murin à l'aide de 12 micros. Ils ont ainsi déterminé que le cycle de contractions musculaires requis dans la phase terminale de son attaque n'était pas possible avec un muscle squelettique typique de vertébré.

L'équipe du Dr Elemans a ensuite procédé à des expériences sur des faisceaux de fibres musculaires isolées et a trouvé que les muscles du larynx de la chauve-souris se contractaient effectivement jusqu'à 200 fois par seconde. Conclusion : la chauve-souris n'a pas besoin de limiter ses cris lors de son attaque pour fondre efficacement sur sa proie.

Comme ces muscles très spécialisés ont maintenant été retrouvés dans différentes espèces animales, les chercheurs pensent qu'ils pourraient procurer un avantage pour les espèces qui doivent émettre des sons au moment de chasser ou simplement pour communiquer.

Le détail de ces travaux est publié dans le magazine Science.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !