•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un consulat britannique en 2012 à Calgary

Le premier ministre britannique David Cameron et son homologue Stephen Harper.

Le premier ministre britannique David Cameron et son homologue Stephen Harper.

Radio-Canada

Après la Chine, le Japon, les États-Unis, le Mexique, la Thaïlande, les Pays-Bas et la France, ce sera au tour du Royaume-Uni d'ouvrir un consulat à Calgary en mai prochain.

Le premier ministre britannique, David Cameron, en a fait l'annonce la semaine dernière lors de sa visite à Ottawa.

Le consul du Royaume-Uni à Vancouver, Alex Budden, dit que le nouveau consulat se concentrera sur l'économie et les questions énergétiques.

Le pétrole des sables bitumineux n'est pas étranger à l'apparition de ces missions diplomatiques à Calgary. Plusieurs pétrolières, dont British Petroleum (BP), ont installé leurs bureaux canadiens dans la métropole albertaine.

La France a ouvert son consulat en mars. Selon le consul Jean-Charles Bou, le gouvernement français trouvait illogique de ne pas avoir de représentation en Alberta.

« Il nous a semblé une anomalie compte tenu de l'importance de l'Alberta sur le plan économique, sur le plan politique, mais aussi sur le plan culturel », a-t-il expliqué.

La porte-parole de l'Association canadienne des producteurs de pétrole, Janett Annesley, se réjouit de l'intérêt du secteur pétrolier albertain à l'étranger. Elle ajoute que l'ouverture des consulats est un gage de la confiance internationale envers l'industrie canadienne.

Le rapprochement inquiète les environnementalistes de Grande-Bretagne

Cependant, ces missions diplomatiques font sourciller de l'autre côté de l'Atlantique, où les environnementalistes s'opposent vivement aux sables bitumineux albertains.

Le groupe britannique No Tar Sands a d'ailleurs dénoncé la nouvelle « amitié » entre David Cameron et le premier ministre canadien Stephen Harper.

Il demande au premier ministre britannique d'arrêter de défendre les politiques « criminelles » sur les changements climatiques du Canada.

L'exploitation des sables bitumineux sera d'ailleurs au coeur d'un procès simulé pour crime contre l'environnement vendredi à Londres.

Pour M. Budden, la présence d'un consulat permettra de mieux comprendre les enjeux environnementaux de l'exploitation des sables bitumineux et ainsi être plus objectif envers cette production pétrolière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Économie