•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chargement de l’image

Photo : AFP / MARK WILSON

Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Expérience politique : ex-représentant (1991-1995) et ex-sénateur de Pennsylvanie (1995-2007)
Âge : 53 ans (10 mai 1958)
Vie personnelle : marié, sept enfants
Religion : catholique

Rick Santorum a annoncé le 10 avril 2012 qu'il se retirait de la course à l'investiture. Il a pris sa décision à la suite du congé pascal marqué par l'hospitalisation de sa fille Bella, atteinte d'une anomalie chromosomique rare, la trisomie 18. Le 7 mai, il a appuyé officiellement la candidature de l'ex-gouverneur du Massachusetts Mitt Romney.

Peu connu des Américains, Rick Santorum a déjà été perçu comme une étoile montante du camp républicain. Élu une première fois représentant de Pennsylvanie à 32 ans, il a siégé au Sénat pendant deux mandats, avant d'être battu par le candidat démocrate en 2006.

Ses convictions plaisent aux partisans d'un conservatisme social. En faveur de la définition traditionnelle du mariage, il croit que cet enjeu devrait relever de Washington, une position qui heurte cependant les partisans d'une place réduite du gouvernement fédéral.

Il s'oppose farouchement à l'avortement, même dans les cas d'inceste et de viol, parce qu'« un acte de violence, c'est assez ». Il a déjà dénoncé une décision de la Cour suprême qui invalidait les lois des États criminalisant l'homosexualité.

« Si la Cour suprême dit que vous avez le droit d'avoir des relations sexuelles entre adultes consentants au sein de votre foyer, vous avez donc le droit d'être bigame, vous avez le droit d'être polygame, vous avez le droit de pratiquer l'inceste, vous avez droit de commettre l'adultère. »

— Une citation de  Rick Santorum (2003)

Son bilan législatif en matière de sécurité nationale et de fiscalité rejoint les positions républicaines traditionnelles, mais il a déjà soutenu des politiques progressistes comme la hausse du salaire minimum.

S'il soutient la guerre au terrorisme, il la présente plutôt comme une « guerre contre l'islam radical ».

En septembre 2010, il a fondé un comité d'action politique en Iowa pour aider les candidats défendant les valeurs familiales. Avant de se lancer dans la course, cet avocat a aussi été commentateur sur les ondes de Fox News.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !