•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Service de garde : la CSDM sévit contre les mauvais payeurs

    Commission scolaire de Montréal

    Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

    Radio-Canada
    Mis à jour le 

    La Commission scolaire de Montréal (CSDM) prend les grands moyens contre les parents qui ne payent pas pour le service de garde de leurs enfants. Dorénavant, ses écoles pourront aller jusqu'à interrompre le service.

    Un parent sur quatre ne paie pas pour le service de garde de l'école de son enfant. Le service coûte 7 $ par jour par enfant.

    Selon la CSDM, ces défauts de paiement représentent des pertes de 3,5 millions de dollars sur 5 ans.

    La présidente de la Commission, Diane de Courcy, constate que, dans la plupart des cas, ce n'est pas parce que les mauvais payeurs n'ont pas les moyens qu'ils n'acquittent pas leurs factures. « Le problème était presque majoritairement dans les milieux favorisés de Montréal. Il y avait donc une désinvolture qui n'était pas acceptable », explique-t-elle.

    Les pertes attribuables aux parents mauvais payeurs ont des conséquences sur les services de garde. « Qu'est-ce qu'y arrive? C'est qu'on enlève des services ailleurs pour payer les éducatrices », explique Mme De Courcy.

    Une lettre a été envoyée à tous les parents pour les aviser des nouvelles mesures.

    La CSDM leur offre plusieurs modes de paiement et se dit prête à prendre des arrangements avec ceux qui éprouvent des difficultés financières.

    La Commission assure, par ailleurs, qu'aucun élève de mauvais payeurs ne sera laissé dans la rue, mais certains pourraient être privés d'activités. Diane de Courcy espère que la CSDM ne devra pas en arriver à ce point.

    D'après les informations d'Éric Plouffe et de Denis-Martin Chabot

    Vos commentaires

    Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

    Société