Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrestation d'un Américain qui voulait attaquer le Pentagone et le Congrès

Un des avions téléguidés qui auraient pu être remplis d'explosifs pour attaquer le Pentagone et le Capitole, selon les autorités américaines

Un des avions téléguidés qui auraient pu être remplis d'explosifs pour attaquer le Pentagone et le Capitole, selon les autorités américaines

Photo : AFP / Bureau du procureur du district du Massachusetts

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un homme accusé d'avoir comploté pour détruite le Pentagone et le Capitole en attaquant les édifices avec des avions téléguidés bourrés d'explosifs a été arrêté mercredi aux États-Unis.

Rezwan Ferdaus, 26 ans, a été arrêté à Framingham, au Massachusetts, après que des agents d'infiltration lui eurent livré le matériel qu'il aurait demandé pour son projet, notamment des grenades, six mitrailleuses et ce qu'il croyait être 11 kilos d'explosifs C4.

Les autorités fédérales assurent que le public n'a jamais été mis en danger par les explosifs et les armes, qui étaient toujours surveillés étroitement par les agents d'infiltration.

Selon la déclaration sous serment des enquêteurs du FBI, le suspect s'est fait convaincre par des vidéos et des sites Internet djihadistes que les États-Unis incarnaient le mal. Il aurait commencé à planifier son propre djihad contre les États-Unis au début de 2010.

Un agent double du FBI a pris contact avec lui en décembre 2010. Quelques mois plus tard, il a commencé à avoir des rencontres avec des agents fédéraux qu'il croyait être des membres d'Al-Qaïda.

Rezwan Ferdaus a affirmé qu'il voulait infliger un coup psychologique aux Américains, qu'il considérait comme « les ennemis d'Allah », en frappant le Pentagone et le Capitole.

« Allah nous a donné le privilège », aurait-il dit à l'informateur. « Il les punit par notre main. Nous sommes les élus. »

Le suspect, un citoyen américain détenteur d'un baccalauréat en physique de l'Université Northeastern, a fait une courte apparition en cour fédérale, mercredi. Il est accusé d'avoir tenté de détruire des édifices fédéraux et d'avoir fourni un soutien à une organisation terroriste étrangère, soit Al-Qaïda. Il sera de retour en cour lundi prochain.

Rezwan Ferdaus aurait prévu utiliser des avions téléguidés mesurant de 152 à 203 centimètres. Les avions en question peuvent voler à une vitesse de 160 km/h et transporter une charge allant jusqu'à 22 kilos.

Il aurait affirmé avoir des compétences dans le fonctionnement de véhicules téléguidés et vouloir frapper le Pentagone et réduire en miettes le dôme du Capitole. Il avait prévu une deuxième phase d'attaque à la mitrailleuse impliquant six personnes divisées en deux équipes, selon l'acte d'accusation.

À un certain moment, il aurait déclaré aux enquêteurs que son désir d'attaquer les États-Unis était si fort qu'il ne pouvait plus s'arrêter. « Je n'ai pas d'autre choix », aurait-il dit.

Selon les documents judiciaires, Rezwan Ferdaus s'est rendu à Washington en juin pour faire du repérage. Il aurait aussi loué un espace d'entreposage à Framingham pour travailler sur les avions téléguidés, affirmant au responsable des lieux qu'il voulait en faire un studio de musique.

Quand les agents d'infiltration lui ont demandé s'il était prêt à tuer des femmes et des enfants, il aurait répondu que tous les non-musulmans étaient ses ennemis.

Les procureurs affirment aussi que le suspect a fourni aux agents d'infiltration des téléphones cellulaires afin qu'ils soient utilisés pour déclencher des explosifs à distance.

Quand les agents lui ont fait croire que les téléphones avaient servi à tuer trois soldats américains en Irak, il serait devenu visiblement excité et aurait affirmé: « Nous changeons le monde. »

Rezwan Ferdaus n'est pas marié et n'a pas d'enfants.

Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !