•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le français : pas une priorité sur les sites Internet des partis

Le chef du NPD au Manitoba, Greg Selinger, promet d'inclure plus de français dans sa campagne électorale.

Le chef du NPD au Manitoba, Greg Selinger, promet d'inclure plus de français dans sa campagne électorale.

Photo : La Presse canadienne / JASON HALSTEAD

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Radio-Canada a posé des questions aux différents partis politiques manitobains en début de campagne électorale sur l'absence de français sur leurs sites Internet. Malgré les promesses, le français est toujours difficile à trouver trois semaines plus tard.

En début de campagne, seules les pancartes électorales des néo-démocrates affichaient de rares traces de bilinguisme.

Relancés par Radio-Canada mardi, les partis politiques ont tenté de rajuster le tir en cours de journée.

Les conservateurs ont ajouté l'onglet français à leur site Internet. L'information disponible est toutefois limitée et recommande de communiquer avec l'équipe conservatrice qui pourra répondre aux questions en français.

Le parti NPD avait promis d'ajouter du français sur son site Internet d'ici la fin de la campagne électorale. Ils l'ont fait mardi après l'appel de Radio-Canada. Un onglet permet d'accéder à la plate-forme électorale du NPD dans la langue de Molière.

« On voulait partager notre vision pour la province du Manitoba en français et en anglais, et nous sommes les seuls à l'avoir fait », affirme le chef du NPD, Greg Selinger.

En début de campagne, le Parti libéral avait quant à lui dit qu'il ne pourrait pas inclure des pages en français sur son site web pendant la campagne électorale.

Pour la Société franco-manitobaine, c'est décevant de constater que les partis vantent l'importance du bilinguisme; mais que leur campagne contient si peu de français.

D'après un reportage de Claudine Richard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !