•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Statu quo sur le nombre d'élus à Montréal

L'Hôtel de Ville de Montréal

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada
Mis à jour le 

Le cadre électoral de la Ville de Montréal a finalement été reconduit jusqu'en 2017.

Le sujet était à l'ordre du jour à l'hôtel de ville depuis lundi. La motion a été adoptée mardi à 36 voix contre 23. Les deux partis d'opposition, Vision Montréal et Projet Montréal, s'y sont opposés.

Vision Montréal réclamait une réduction du nombre d'élus au conseil municipal en prévision des prochaines élections qui doivent avoir lieu en 2013.

La Ville de Montréal compte actuellement 103 maires, conseillers municipaux et conseillers d'arrondissement, et cela sans compter ceux des villes défusionnées depuis 2006 comme Dorval et Pointe-Claire. Selon Louise Harel, le nombre d'élus à Montréal est passé de 70 à 103 au cours des six dernières années.

La chef de Vision Montréal faisait notamment valoir que la Ville de Québec a réduit récemment son nombre d'élus, ce qui lui a permis d'économiser plus d'un million de dollars par année.

Louise Harel déplore aussi une grande disparité en terme de représentativité d'un arrondissement à l'autre. On compte par exemple un conseiller municipal pour 13 000 électeurs dans l'arrondissement de Sainte-Geneviève-Ile-Bizard tandis qu'on en compte un pour 24 000 citoyens dans l'arrondissement de Rosemont-Petite-Patrie.

Pour sa part, le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, a signalé son opposition au cadre électoral actuel, mais principalement par rapport au cas particulier de l'arrondissement de Ville-Marie. Selon lui, un changement important causerait « un profond traumatisme à Montréal », après les fusions et les défusions.

L'administration Tremblay refuse de rouvrir ce débat

L'administration du maire Gérald Tremblay a accusé Louise Harel de tenter de semer la discorde parmi les arrondissements de la Ville avant les prochaines élections qui auront lieu dans deux ans.

Le leader de la majorité au Conseil municipal, Marvin Rotrand, a notamment souligné que des villes d'une taille comparable à Montréal, comme Lyon, en France, ont encore plus d'élus. Selon M. Rotrand, la chef de l'opposition tentait de refaire un débat de structures.

« On est ouvert à regrouper des services, à une coopération accrue entre les arrondissements, mais nous nous opposons à un débat de structure qui va mettre un arrondissement contre un autre arrondissement. Ce n'est pas du tout nécessaire », a expliqué M. Rotrand.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Affaires municipales