•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les électeurs manitobains sont peu intéressés par la campagne électorale

Greg Selinger (NPD), Jon Gerrard (PL), James Beddome (PV), Hugh McFadyen (PC)

Greg Selinger (NPD), Jon Gerrard (PL), James Beddome (PV), Hugh McFadyen (PC)

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La dernière ligne droite de la campagne électorale arrive à grands pas, mais les électeurs semblent peu intéressés et l'absence de sondage ne les aide pas à réfléchir.

Certains électeurs ne savent pas encore pour qui voter, d'autres sont excédés d'entendre les candidats s'insulter, d'autres encore déplorent le manque d'imagination dans cette campagne.

Par ailleurs, l'absence de sondage complique la réflexion des électeurs, selon Christopher Adams, vice-président de la compagnie de sondages Probe Research. Habituellement, un sondage de mi-campagne aide à prendre le pouls de la population.

Selon lui, ce manque de données modifie le dialogue habituel entre les électeurs et les candidats. Les citoyens ne savent pas à qui bénéficie l'impulsion du moment ni si les conservateurs rattrapent les néo-démocrates à Winnipeg, cite-t-il en exemple.

D'un point de vue stratégique, pour les Manitobains, c'est l'équivalent de voter dans le noir, ajoute M. Adams.

Le vote par anticipation débute samedi et durera jusqu'au 1er octobre. D'ici là, les électeurs auront une chance de se forger une opinion avec le débat télévisé de vendredi soir sur les ondes de CBC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !