•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les libéraux ajoutent une nouvelle promesse au débat électoral

Les chefs des trois principaux partis politiques manitobains ont participé à un débat organisé par la Chambre de Commerce de Winnipeg.

Les chefs des trois principaux partis politiques manitobains ont participé à un débat organisé par la Chambre de Commerce de Winnipeg.

Photo : Philippe Dion

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Parti libéral a abattu une nouvelle carte, avant le débat télévisé de vendredi, lors du dernier affrontement devant la Chambre de commerce de Winnipeg : ils promettent d'abolir graduellement l'impôt sur la masse salariale.

Avec cette promesse, les libéraux sont parvenus jeudi à injecter un peu de nouveauté dans le débat.

Cet impôt, destiné aux services de santé et à l'enseignement postsecondaire, s'applique à toute entreprise dont la masse salariale est supérieure à 1,25 million de dollars par an. « À cause de cette taxe, beaucoup d'entreprises embauchent leur personnel dans une autre province que le Manitoba », a expliqué le chef libéral, Jon Gerrard.

Le chef conservateur, Hugh McFadyen, a répliqué vouloir lui aussi réduire cet impôt alors que le chef néo-démocrate, Greg Selinger, a refusé de considérer cette possibilité.

Le reste du débat a porté sur le futur d'Hydro-Manitoba, le passage de la ligne Bipole III, l'équilibre budgétaire, autant de sujets qui ont déjà fait l'objet d'affrontements lors des nombreux débats qui ont opposé les chefs des trois principaux partis manitobains depuis le début de la campagne électorale.

D'ailleurs, Greg Selinger a admis que certaines des questions qui revenaient sur le tapis étaient répétitives.

Hugh McFadyen, qui en était jeudi à son septième débat électoral depuis le début de la campagne, se dit conscient que le débat sur les ondes de CBC vendredi, à partir de 18 h 10, sera crucial, étant donné que le vote par anticipation débutera le lendemain.

Ce débat télévisé pourrait aider plusieurs électeurs à faire leur choix en vue du scrutin du 4 octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !